“Sans sécurité, il n’y a pas de chantier”, Antoine Ménager - Sfen

“Sans sécurité, il n’y a pas de chantier”, Antoine Ménager

Publié le 12 septembre 2014 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • Jeune Génération
  • Sûreté

Il nous fait l’honneur d’intervenir cette année lors d’Atoms for the Future, Antoine Ménager est le directeur de l’Aménagement de l’EPR de Flamanville. Clément Pilliaire et Thibaut Benoit souhaitaient vous donner un avant-goût de sa présentation et vous livrent les dessous de la gestion d’un site de construction et l’avancement du chantier de Flamanville 3.

SFEN Jeune Génération : pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel ?

Antoine Ménager : diplômé de Supelec, j’ai rejoint l’ingénierie nucléaire d’EDF en 1993, au sein du service Fonctionnement-Contrôle-Commande du CNEN[1], pour travailler sur la salle de commande informatisée du palier N4[2]. Une période très formatrice pour moi dans un contexte de reprise des études de contrôle-commande suite à la décision de changer de fournisseur.

[Antoine Ménager, Directeur de l’Aménagement EPR de Flamanville]

Antoine Ménager, Directeur de l’Aménagement EPR de Flamanville

 

Trois ans plus tard, je suis parti sur l’Aménagement de Civaux pour participer aux essais d’ensemble de la tranche 1, Civaux bénéficiait alors pleinement du retour d’expérience de Chooz.

En 1998, je suis revenu au CNEN avant de m’envoler pour la Chine où j’ai travaillé pendant 2 ans sur le projet Ling Ao.

De retour en France, je quitte le monde de l’ingénierie pour rejoindre l’exploitation à la centrale de Chooz où j’ai passé 6 ans comme chef du service sûreté-qualité puis chef de mission radioprotection et environnement. Après Chooz, je retrouve l’ingénierie, en tant que chef du service électricité et contrôle-commande du CIPN[3] à Marseille où j’ai été particulièrement impliqué dans le lancement du programmede modernisation du contrôle-commande du palier 1300 dans le cadre de la 3ème visite décennale et le transfert du CNEN au CIPN de l’ingénierie en exploitation du N4. En 2011, je suis nommé Directeur de l’Aménagement de l’EPR de Flamanville 3.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre fonction ?

En tant que Directeur de l’Aménagement, je représente le maître d’ouvrage, EDF, sur le site, avec une première priorité, assurer la sécurité de l’ensemble des intervenants sur le chantier. J’ai aussi la responsabilité pour EDF de la maîtrise d’œuvre qui consiste à coordonner l’ensemble des activités de construction et de mise en service de l’EPR de Flamanville, et surtout à surveiller les activités afin de garantir la qualité de la réalisation et la sûreté nucléaire de l’installation sur le long terme.. Enfin, de par la dimension du projet, son impact sur le territoire et sa médiatisation, je consacre une part importante de mon activité aux relations locales.

Comment arrive-t-on à coordonner les 3000 personnes qui travaillent sur le chantier actuellement et assurer leur sécurité ?

C’est mon objectif au quotidien que d’assurer la sécurité sur le chantier. Je dois avant tout compter sur la bonne collaboration de l’ensemble des intervenants en fixant les règles du jeu, en les expliquant et en les faisant respecter. Pour cela, je compte particulièrement sur le management à tous les niveaux de toutes les entreprises et évidemment au sein de mes équipes. Une chose est sûre : sans sécurité, il n’y a pas de chantier !

 

[Jounées « sécurité » à destination des intervenants du chantier Flamanville 3 (© EDF – Alexis Morin)]

Jounées « sécurité » à destination des intervenants du chantier Flamanville 3 (© EDF – Alexis Morin)

Quelles sont vos principales interfaces (internes et externes à EDF) ? 

EDF coordonne les travaux sur le site. Nos principales interfaces sont donc les entreprises- fournisseurs qui interviennent sur le chantier.

Aussi, la mise en application de l’arrêté INB en juillet 2013 a été aussi l’occasion de communiquer largement auprès de nos équipes et de nos partenaires pour rappeler les fondamentaux en matière de sûreté et de qualité. Car la qualité de la construction contribue aux performances de sûreté de ce réacteur.

Par ailleurs, nous travaillons en étroite collaboration avec les entités de la Division Ingénierie Nucléaire qui participent au projet : le CNEN évidemment dont nous faisons partie, le CNEPE, le CEIDRE et le SEPTEN. Enfin, construire n’est pas une fin en soi, notre objectif est bien de produire de l’électricité et par conséquent, de mettre en service et transférer l’outil de production à l’Exploitant. Nous sommes donc en lien constant avec nos collègues de la Production Nucléaire et plus particulièrement les équipes qui feront fonctionner le réacteur EPR de Flamanville 3. Ces équipes préparent d’ores et déjà leur future exploitation !

Enfin, un chantier tel que l’EPR a un impact sur la vie locale, nous sommes donc aussi en lien avec l’extérieur et les pouvoirs publics notamment via la commission locale d’information. Notre équipe communication ne chôme pas à mes côtés !

Où en est le chantier aujourd’hui ?

Nous poursuivons actuellement le montage du circuit primaire dont le point de départ a été la mise en place de la cuve en janvier 2014 puis l’arrivée sur le site des générateurs de vapeur. En parallèle, la salle de commande informatisée a été mise en service en juin, et, côté génie civil, nous sommes actuellement dans la phase de mise sous tension des câbles de précontrainte de l’enceinte. 2014 verra aussi le début des essais. Ces premiers essais nous permettront de gagner en expérience pour être parfaitement prêts lorsque nous réaliserons les essais d’ensemble.

[Introduction de la cuve de l’EPR Flamanville 3 dans le bâtiment réacteur (© EDF – Alexis Morin)]

Introduction de la cuve de l’EPR Flamanville 3 dans le bâtiment réacteur (© EDF – Alexis Morin)

Etes-vous aussi en relation avec les autres chantiers d’EPR (Olkiluoto, Taishan voire Hinkley Point)?

Absolument, nous avons des échanges réguliers avec les deux sites où des EPR sont actuellement en construction : Taishan en Chine et Olkiluoto en Finlande quand bien même EDF ne participe pas directement au chantier finlandais. Les plannings de construction étant différents pour chaque site, chacun peut bénéficier de l’expérience acquise par l’autre. Par exemple, Taïshan est intéressé par les montages électriques et contrôle-commande réalisés à Flamanville alors que nous profitons de l’expérience acquise à Taishan lors du montage du circuit primaire. Quant à Olkiluoto, des équipes EDF ont été détachées pour assister à la réalisation de l’épreuve de l’étanchéité de l’enceinte de confinement. Cette expérience sera utile pour les épreuves de Flamanville 3 et Taishan.

[Vue générale du chantier Flamanville 3 (© EDF – Alexis Morin)]

Vue générale du chantier Flamanville 3 (© EDF – Alexis Morin)

Quels conseils donneriez-vous à un jeune ingénieur qui souhaite rejoindre l’ingénierie nucléaire ?

Les perspectives d’emploi dans le nucléaire sont nombreuses et les champs offerts sont vastes. Je pense, entre autres, aux secteurs du nouveau nucléaire ou à la prolongation de la durée de vie des réacteurs en fonctionnement. Mon premier conseil est de choisir un domaine dans lequel le nouvel embauché se sente en confiance et puisse rapidement prendre plaisir à exercer son métier. Néanmoins si les domaines sont nombreux, les choix effectués dans les premiers postes doivent permettre de se forger un socle de connaissances et de capacités essentiels sur lequel s’appuyer tout au long de sa carrière. Et ce sera là mon deuxième conseil : ne pas trop se disperser dans les différents domaines mais garder une certaine cohérence et une vision tout au long de sa carrière dans les différents postes occupés. Mais encore une fois, que ce soit dans ses premiers postes ou dans la suite de sa carrière, il faut chercher à chaque fois à se faire plaisir, les défis à relever ne manquent pas pour cela !

Serez-vous présent à « Atoms for the Future » organisé par la SFEN Jeune Génération du 13 au 16 octobre 2014 ?

 Effectivement, et ce sera avec plaisir. Ce sera l’occasion pour moi de me faire le porte-parole des 3000 travailleurs qui chaque jour font de la construction de Flamanville 3 un succès.

Et nous serons heureux d’accueillir les participants à cet événement pour une visite du chantier le 15 octobre.

 

[1] Centre National de l’Equipement Nucléaire

[2] Le palier N4 est composé des 4 réacteurs de 1500MW de Chooz et Civaux

[3] Centre de l’Ingénierie du Parc en Exploitation

Publié par Sophie Missirian

  • Jeune Génération
  • Sûreté