Trois réponses au débat sur le coût de l’énergie nucléaire - Sfen

Trois réponses au débat sur le coût de l’énergie nucléaire

Publié le 22 avril 2013 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • Société

Pourquoi la facture d’électricité des Français est-elle si raisonnable ?

C’est la Cour des Comptes qui le dit : les consommateurs français paient leur électricité 40 % moins chers que leurs voisins, en moyenne. Ce prix final s’explique par le faible coût de la matière première : produire la même quantité annuelle d’électricité à partir de gaz entraînerait un coût de 20 milliards d’euros contre 2 à 3 milliards pour le combustible uranium, enrichi et conditionné. En prime, le coût de cette matière première n’entre que pour moins de 10 % dans le coût de revient du kilowattheure, qui est donc peu sensible aux variations des cours mondiaux de l’uranium naturel.

Le prix de l’électricité va-t-il bondir quand il faudra démanteler les centrales obsolètes ?

Contrairement à l’idée reçue, les coûts de démantèlement, retraitement et stockage des déchets issus des centrales actuellement en service ont été pris en compte par les exploitants qui ont provisionné des fonds en prévision. La Cour des Comptes relève que ces postes de dépenses futures sont bien identifiés : il n’y a pas de « coûts cachés » ! Et si ces prévisions devaient être réévaluées, ce serait sur un temps permettant un échelonnement et une augmentation annuelle des prix tolérable, évaluée par la Cour à quelques pourcents.

Les investissements dans le nucléaire sont-ils supportables pour la collectivité ?

Les investissements nécessaires pour satisfaire aux exigences de l’Autorité de sûreté nucléaire apparaissent assez considérables, de l’ordre de 50 milliards d’euros… Mais ils permettront de poursuivre la production de quantités massives d’électricité pour 20 ans de plus. Aujourd’hui, l’industrie nucléaire s’autofinance (les subventions ont cessé en 1982) et rapporte à la collectivité : 2,5 milliards d’euros, en taxes, compensant largement les dépenses liées à la recherche et aux contrôles.

Par la rédaction

  • Société