16.05.2018

Hugues Martin, responsable du programme BARRACUDA chez TechnicAtome

hugues_martin_c_technicatome_-_yohan_brandt.jpg
TechnicAtome,
SMR,
Propulsion navale
Par Tristan Hurel, SFEN

A 38 ans, Hugues Martin a la lourde responsabilité de la bonne réalisation des six chaufferies nucléaires des sous-marins de la classe Suffren [1] qui équiperont progressivement « La Royale » [2] d'ici deux à trois ans. Un métier qui le passionne, particulièrement pour sa dimension humaine et les défis à relever.

Mayennais d’origine, Hugues Martin rejoint Paris à la fin des années 1990 pour effectuer ses années de classe préparatoire au prestigieux Lycée Louis-Le-Grand. Diplômé de l’École nationale supérieure des techniques avancées (ENSTA), il rejoint TechnicAtome en 2003 sur un projet de développement d’un petit réacteur modulaire (SMR). Également titulaire d’un DEA d’économie industrielle de l’université Paris-Dauphine, il s’occupe alors des questions économiques de ce projet.

En 2005, il bascule sur le programme BARRACUDA, pour participer à la construction du contrat de développement et de réalisation, signé fin 2006, et qui couvre la réalisation des 6 chaufferies et de leur système de soutien, dont les livraisons sont échelonnées jusqu’à fin 2029. « Depuis, explique-t-il, j’ai évolué au sein du programme BARRACUDA en occupant plusieurs postes, avant d’en prendre la responsabilité d’ensemble en 2014. » Son travail au quotidien consiste désormais à « organiser le travail de l’ensemble des équipes, en les guidant dans la construction des logiques de déroulement, en déclinant l’ensemble des attendus (contractuels, techniques, calendaires, financiers) et en prononçant des arbitrages à chaque fois que des difficultés se présentent et qu’elles nécessitent de choisir entre différentes options. »

Il encadre ainsi 200 à 250 équivalents temps plein aux profils variés : « TechnicAtome intègre des ingénieurs en mécanique, en procédés fluides, en thermohydraulique, en sûreté de fonctionnement, en systèmes électriques de puissance, en contrôle-commande et instrumentation, en aménagement d’installations en milieux très contraints, en études de facteurs humains… La quasi-totalité des métiers d’ingénierie trouve une application dans notre domaine d’activités. L’aspect humain et managérial est fondamental et fait tout l’intérêt de mon métier : nous travaillons sur des objets d’une très grande complexité, passionnants pour les techniciens et ingénieurs sur le plan technique. Mais la réussite d’un tel projet constitue d’abord une véritable aventure humaine avec l’ensemble des équipes, pour résoudre jour après jour les difficultés rencontrées. »

Pour cet ingénieur, qui voit désormais aboutir le programme BARRACUDA, certaines de ses prochaines missions se dessinent : « nos bureaux d’études travaillent déjà sur le projet de SNLE [3] de 3e génération et des premières réflexions sont en cours sur la question d’un 2e porte-avions. » L’enjeu consiste pour l’entreprise à réussir à maintenir une compétence et une expertise dans des métiers de pointe au fil de l’enchaînement des différents programmes : « Cela demande une certaine stabilité dans la charge d’études (éviter les creux de charge mais aussi les pics trop importants) pour permettre une bonne gestion dans la durée de ces compétences ».

Passé les barrières sécurisées de l’établissement francilien de TechnicAtome, Hugues a une passion qui l’éloigne de la mer et des objets qu’il conçoit : la montagne et les sentiers de Grande Randonnée (GR). « Je suis actuellement un peu freiné par mes deux filles en bas âge (3 ans et 6 ans) mais je compte bien pouvoir partager cette passion avec elles dès qu’elles seront en âge de suivre ! »

Crédit photo : TechnicAtome / Yohann Brandt