04.05.2021

Dans les Hauts-de-France, le nucléaire est un facteur d’attractivité

230282_1.jpg
Hauts-de-France,
Territoire,
France
Maruan Basic (Sfen) - Crédit photo EDF- Burnod Jean-Louis / HAPPY DAY

La filière nucléaire dans les Hauts-de-France apparait comme un socle indispensable d’emplois, de formations et de compétences qui profite à toutes les parties prenantes du territoire. Grâce à la centrale nucléaire de Gravelines, c’est une électricité bas carbone, sûre et compétitive qui irrigue les autres industries et participe ainsi aux efforts de décarbonation de tous.

Toutes les citations sont tirées de la Convention régionale de la Sfen Hauts-de-France qui s’est tenue le 30 mars 2021.

Le programme de développement « Nuclei », mis en place par la CCI et ses partenaires, permet de soutenir les 294 entreprises régionales de la filière qui souhaitent participer aux chantiers nucléaires en France ou à l’étranger. En effet la construction en cours de deux réacteurs nucléaires EPR sur le site de la centrale d'Hinkley Point, au Royaume-Uni, bénéficie directement à l’emploi des Hauts-de-France. Parmi les entreprises impliquées dans la région, l’usine Framatome de Jeumont assure la fabrication des composants et des pièces de remplacement pour des pompes et des contrôles commande des deux réacteurs nucléaires britanniques. Sur ce site de la Sambre française l’entreprise recrute chaque année de nouveaux profils selon son directeur Bertrand Golfier : « Notre établissement a engagé une croissance importante depuis les deux dernières années puisque nous avons recruté un peu plus de 150 collaborateurs ».

Même son de cloche du côté de la centrale nucléaire de Gravelines, Francois Lavallée, président de la CCI Littoral Hauts-de-France rappelle que « avec 3 000 emplois directs et indirects et 100 millions de taxes et contributions sur le territoire, la centrale est extrêmement implantée et permet d’avoir une richesse économique sur ce territoire industriel ». Une base industrielle qui profite également directement aux collectivités locales comme l’explique le député du Nord, Paul Christophe : « l’implantation du CNPE a eu un impact non négligeable sur les ressources propres des collectivités territoriales et je pense à la ville de Gravelines mais aussi à la communauté urbaine de Dunkerque ».

Avec Gravelines, les Hauts-de-France sont dotés de la plus grande centrale nucléaire d’Europe de l’Ouest et tirent parti des prix industriels de l’électricité, inférieurs de 30 % à la moyenne européenne, pour prévenir les délocalisations, notamment dans des filières régionales historiques et électro-intensives, comme la sidérurgie et la métallurgie. Au-delà des industries traditionnelles, de nouveaux acteurs se sont installés dans les Hauts-de-France. Très grand consommateur d’électricité, l’hébergeur OVH, et avec lui les nombreux hébergeurs de données implantés dans la région, bénéficient de cet accès direct à une électricité compétitive et de qualité, faisant ainsi des Hauts-de-France une région clé dans la nouvelle économie du numérique.

 

Un acteur incontournable dans la préservation de l’environnement

L’urgence climatique oblige à décarboner dès aujourd’hui la consommation énergétique en France. Le contexte est particulièrement favorable dans notre pays du fait d’un mix de production largement décarboné dans le domaine électrique grâce au nucléaire, à l’hydraulique et au développement de nouvelles sources de production renouvelables.

Dans les Hauts-de-France plus particulièrement, la centrale électrique de Gravelines en complément d’un parc éolien régional important, permettent de couvrir 95 % des besoin en électricité et cela de manière décarboné. Un élément essentiel dans une région industrielle avec de nombres industries électro-intensives. L’usine ALVANCE Aluminium Dunkerque, a été construite à proximité de la centrale de Gravelines et lui est reliée directement pour son alimentation électrique comme explique Guillaume de GOYS, Président d’Aluminium France « lors qu’Aluminium Dunkerque a vu le jour dans les années 90, sa localisation a été décidée grâce à l’installation des réacteurs 5 et 6 du CNPE […] Nous produisons chaque année 280 000 tonnes d’aluminium primaires sur le site d’Aluminium Dunkerque et nos clients ont un intérêt fort pour avoir de l’aluminium issu de l’électricité bas carbone . » Une analyse confirmée par Alain Burtin, de la direction R&D de EDF qui a publié des scénarios de décarbonation par région « Produire l’aluminium en France est plus efficace en termes d ‘émission de CO2 qu’en Chine avec une électricité carbonée ».

Au-delà de la production d’électricité, la centrale de Gravelines alimente aussi la plus grande ferme aquacole d’Europe avec l’eau chaude issue de ses circuits de refroidissement. La moitié des bars d’élevage français y sont élevés chaque année depuis la mise en service de la centrale comme l’explique Emmanuel Villard directeur du CNPE de Gravelines « Les eaux chaudes produites par notre process sont pour partie utilisées par la ferme aquacole située à côté de la centrale et pilotée par Aqua Nord qui élève des bars et des dorades. Elle produit ainsi plus de 1 500 tonnes par an ».