Les déchets radioactifs sont des “objets manufacturés” - Sfen

Les déchets radioactifs sont des “objets manufacturés”

Publié le 25 avril 2017 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • Déchets radioactifs
29987388895_81403bc355_z

La gestion des déchets est un défi croissant pour l’humanité. La modernisation des sociétés, l’augmentation des populations et de leur confort de vie, l’accès à l’énergie la consommation tout simplement conduisent à des quantités de déchets qui ne cessent d’augmenter et qui deviennent de plus en plus complexes à traiter.

Parmi les déchets qui résultent directement des activités humaines et industrielles  (déchets bruts), la plupart ne fait l’objet d’aucun traitement par ceux qui les produisent avant leur évacuation. Leur traitement et leur stockage dans une décharge ne devrait concerner que les déchets dits « ultimes », c’est-à-dire des déchets qui ne sont plus susceptibles d’être réutilisés ou valorisés dans les conditions techniques et économiques du moment.

Une partie d’entre eux sont des déchets dangereux parce qu’ils peuvent générer des nuisances pour l’homme et pour l’environnement. Dans le monde industriel, on parle de Déchets Industriels Dangereux (DID).

La production d’électricité par l’énergie nucléaire n’échappe pas à cette règle et produit des déchets dangereux parce qu’ils contiennent en quantité plus ou moins variable de la radioactivité.

Les déchets radioactifs sont d’une grande diversité : éléments issus des combustibles usés des centrales nucléaires et des activités, matériaux issus du démantèlement d’installations nucléaires, éléments radioactifs à usage industriel (techniques de contrôle de fabrication, stérilisation) ou médical (imagerie, radiothérapie), éléments issus de la recherche nucléaire…

Une particularité importante de cette famille de déchets industriels dangereux est que l’objet qui va être déposé dans le centre de stockage est fabriqué de la même façon qu’un produit manufacturé, suivant la même procédure d’expression de besoin, d’études , de conception et de design, de validation du prototype avant de lancer la fabrication du « produit » dont les qualités seront vérifiées sur la ligne de fabrication. Il faut absolument démontrer que l’objet ainsi obtenu correspond aux exigences fixées dans le cahier des charges.

En effet, pour garantir la sûreté des centres de stockage, l’autorisation d’entrée d’un colis de déchet radioactif ainsi fabriqué repose, comme pour un produit manufacturé, sur un ensemble de spécifications techniques qui doivent être impérativement respectées et qui portent sur les caractéristiques et le contenu radioactif des déchets, les propriétés des emballages, leur aptitude à confiner la radioactivité, leur résistance à la chute, aux chocs et aux incendies …

C’est une démarche fondamentalement originale qui consiste à traiter le déchet radioactif, qui par définition n’a plus d’utilité,  dans une ligne de fabrication comparable en tout point à celle d’un produit utile qui a une valeur ajoutée, avec la même application dans son élaboration.

Cette méthodologie qui, en quelque sorte considère le déchet radioactif comme un produit manufacturé permet de garantir la qualité du déchet ultime au regard des contraintes nécessaires à son stockage en toute sécurité vis-à-vis de l’homme et de l’environnement.  


Par Guy Brunel, ingénieur et responsable de la communication du CEA Cadarache

  • Déchets radioactifs