3 questions sur les écarts de certaines soudures de l’EPR - Sfen

3 questions sur les écarts de certaines soudures de l’EPR

Publié le 17 avril 2018 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • EPR
  • Sûreté

Des écarts de qualité dans la réalisation de soudures sur les tuyauteries du circuit secondaire principal de l’EPR de Flamanville ont été identifiés. Une expertise est en cours pour déterminer le nombre de soudures éventuellement concernées par des écarts de qualité (6 actuellement). Cette expertise s’achèvera fin mai et permettra d’analyser la totalité des 150 soudures des tuyauteries d’une partie du circuit secondaire principal.

De quelles natures sont les défauts constatés sur les soudures ?

Depuis le 21 mars, 6 soudures présentaient des écarts de qualité sur le circuit secondaire principal. Elles sont actuellement en cours de caractérisation. L’ensemble des 150 autres soudures sont actuellement passées en revue pour s’assurer de leur conformité.

Pour mémoire, la réalisation de ces soudures est complexe. Par ailleurs, conformément au process de soudage, elles nécessitent des contrôles intermédiaires et parfois des reprises de qualité en cours de fabrication.


EDF a décidé de procéder à des contrôles additionnels sur les 150 soudures concernées du circuit secondaire principal


Comment sont réalisés les contrôles sur les soudures ?

Le code de conception nucléaire exige une qualité très élevée pour les soudures des tuyauteries du circuit secondaire principal. Les contrôles réalisés par le groupement d’entreprises qui réalise les soudures sont de deux sortes : par tirs radiographiques et par ultrasons.

Quelles sont les prochaines étapes ?

EDF a décidé de procéder à des contrôles additionnels sur les 150 soudures concernées du circuit secondaire principal afin d’identifier précisément celles qui présentent des écarts qualité. Ces contrôles contradictoires vont être menés par des binômes constitués d’un expert EDF et d’un expert du groupement d’entreprise qui vérifieront chaque soudure par des contrôles ultrasons.

EDF a également lancé une expertise pour analyser les causes et la nature des écarts. Cette analyse permettra de définir les actions correctives et les modalités industrielles à proposer à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pour garantir les exigences de sûreté attendues.

Ces contrôles et cette expertise, qui s’achèveront fin mai, permettront notamment de préciser si le projet nécessite un ajustement du planning et du coût. A ce jour, le chargement du combustible est prévu à la fin du 4ème trimestre 2018 et l’objectif de coût de construction est maintenu.

Crédit photo : EDF /  SOUBIGOU ANTOINE


Par la rédaction

  • EPR
  • Sûreté