Perspectives pour la R&D sur le corium - Sfen

Perspectives pour la R&D sur le corium

Publié le 3 juillet 2017 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • Accident
  • CEA
  • Corium
  • Sûreté

Le corium est le mélange des matériaux fondus du coeur du réacteur qui se forme lors d’un accident grave. Pour respecter les objectifs de sûreté exigés pour ces accidents avec fusion du coeur, il est nécessaire de prédire la progression de ce corium durant la séquence accidentelle : relocalisation dans le fond de cuve, percée de la cuve, interaction corium-eau puis corium-béton dans le cas d’un réacteur à eau. Les approches et outils utilisés nécessitent une R&D de très haute expertise. Une des difficultés de cette R&D réside dans la complexité de la physique requise. Elle est essentiellement multiphasique, et multi-échelle. En outre, les expérimentations nécessitent de porter des matériaux à de très hautes températures et requièrent des technologies de pointe dans plusieurs domaines comme la chimie, l’électromagnétisme ou encore l’instrumentation.

Introduction aux études sur les accidents graves

Les travaux sur les accidents graves ont été initiés dès les années 1970. Les programmes de recherche se sont renforcés suite aux trois accidents majeurs que l’industrie nucléaire a connus : l’accident de la centrale de Three Mile Island, en Pennsylvanie en 1979 ; celui de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine en 1986 ; et celui de Fukushima- Daiishi, au Japon, en 2011.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux adhérents de la SFEN. Pour lire la suite et avoir accès à l’ensemble de nos archives, abonnez-vous à la Revue Générale Nucléaire.

Par Guy Willermoz, Béatrice Teisseire, Jean-François Haquet, Pascal Piluso, Christophe Suteau, Christophe Journeau, CEA

  • Accident
  • CEA
  • Corium
  • Sûreté