16.11.2020

Orano achève la vitrification des solutions de produits de fission des combustibles UNGG

latelier_r7_en_bas_ac_droite_creudit_crespeau.jpg
R&D,
Fission,
Orano la Hague
Par Christophe Renaut, responsable technique ateliers vitrification, Éric Leveel, pilote de projets, Thierry Chanu, assistant procédé vitrification, Fabrice Darvey, directeur de l’unité opérationnelle conditionnement, Sylvain Renouf et Mélanie Charles, Direction de la communication. Tous travaillent à l’usine Orano la Hague. Photo : l'atelier R7 - © Crespeau

L’usine UP2-400, première usine du site Orano la Hague, a réalisé le traitement des combustibles des réacteurs Uranium naturel graphite gaz (UNGG) de type UMo (alliage molybdène) et MoSnAI (alliage molybdène, étain et aluminium), de 1966 à 1985, ainsi que le traitement des combustibles usés des réacteurs de la filière eau légère (UOx). Du fait de ces caractéristiques chimiques, Orano a mis au point la vitrification des produits de fission en creuset froid. Le point sur cette haute technologie.

Les solutions anciennes des produits de fission issues du traitement de combustibles UNGG étaient entreposées sur le site Orano la Hague, dans deux cuves en acier inoxydable, constamment agitées et refroidies. Les caractéristiques principales de ces solutions de produits de fission sont liées à la nature du combustible traité. Elles se différencient des produits de fission issus des combustibles usés de la filière eau légère par leur forte teneur en molybdène et phosphore, et par leur moindre niveau d’activité. De par leur composition chimique, ces solutions de produits de fission ne pouvaient être traitées dans un pot de fusion classique pour leur conditionnement. Pour y parvenir, Orano a donc retenu la vitrification en creuset froid.

La technologie du creuset froid consiste à chauffer directement le bain de verre par induction pour élever sa température sans chauffer le creuset lui-même

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.