26.07.2019

Des drones à la mine d’uranium : applications au sein du groupe Orano

dsc_0012_22.jpg
Orano,
Drones,
Innovations,
SOMAÏR
Par les directions d'Orano Mines et la direction de la communication Orano

Les drones sont devenus indispensables dans de nombreux métiers. Les activités minières et de démantèlement n’échappent pas à cette innovation de premier plan. Ils sont ainsi utilisés dans les différentes étapes de la vie d’une mine, de l’exploration au suivi de travaux miniers, mais aussi à l’intérieur des bâtiments d’un site nucléaire.

L’aventure de l’utilisation des drones au sein des activités minières d’Orano a débuté en 2012 à l’occasion de la conférence organisée par l’EAGE (European Association Geoscientists & Engineers) sur le site de Saint-Quentin en Yvelines. Un atelier sur la télédétection animé par une société extérieure a fait prendre conscience aux équipes de l’importance de l’enjeu : l’utilisation de drones permettrait de répondre à un certain nombre de besoins du groupe, et ceci à toutes les étapes de l’activité minière.

Premiers tests dans l'Aveyron

La direction des Géosciences d’Orano Mining s’est lancée dans une étude d’évaluation de l'utilisation de drones, avec l’aide de la direction de l’Après-Mine France du groupe, dans le cadre de l’acquisition d’orthoimages et de données topographiques.

Le projet était alors porté par Régis Roy, responsable des actions en télédétection, qui après avoir réalisé une étude de marché afin de faire l’inventaire des solutions existantes, a initié une campagne de tests en décembre 2013 et en janvier 2014.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.