10.09.2019

Nouveau rapport sur les émissions de CO2 liées à l’énergie en France

le_quartier_de_la_defense_vu_de_la_tour_saint-jacques_paris_aout_2014.jpg
Gaïc Le Gros (SFEN) - © Crédit photo Yann Caradec

Le Commissariat général au développement durable du Ministère de la Transition écologique et solidaire vient de publier un rapport sur « Les émissions de Co2 liées à l’énergie en France de 1990 à 2017 ». La publication a pour objet de comprendre « quels ont été les déterminants passés de l’évolution des émissions de gaz à effet de serre », et contribuer à la prise de décision pour « faire les bons choix en matière de politique d’atténuation du changement climatique ».

En France métropolitaine, les émissions de CO2 dues à la combustion d’énergie ont diminué de 19 % entre 1990 et 2018, malgré une hausse du PIB de 51 %. La tendance à la baisse entre 2005 et 2018 est liée à une forte diminution de l’intensité énergétique et du contenu carbone de l’énergie consommée. Cette baisse de 19 % est calculée à climat constant, c’est-à-dire pondérant les consommations en fonction de la rigueur climatique. L’intensité énergétique désigne le rapport entre la consommation d’énergie et le PIB et mesure « l’efficacité énergétique ».

Le premier facteur de baisse du contenu carbone sur la période 1990-2018 est la hausse de la production nucléaire primaire. Les émissions de carbone passent de 1,8 Tco2/tep en 1990 à 1,3 tCo2/tep (tonne de Co2 par tonne équivalent pétrole) en 2018, soit une baisse de 26 %. Les deux autres facteurs sont le développement des énergies renouvelables (ENR). Quant aux émissions des énergies fossiles, elles restent stables (elles sont passées de 3,2 tCO2/tep en 1990 à 3,0 tCO2/tep en 2018).

Décomposition de l’évolution du contenu carbone de l’énergie primaire en France entre 1990 et 2018[1] :

baisse_du_carbone.png

La France, bon élève du G7

Le rapport considère que les émissions de CO2 liées à l’énergie en France sont inférieures de 59 % à la moyenne du G7 en raison d’un mix énergétique moins carboné grâce au nucléaire. Toujours selon le rapport, le développement des énergies renouvelables (EnR) joue un rôle dans la décarbonation du mix énergétique mais dans une optique comparative, comme le développement des ENR est comparable aux autres pays du G7, « leur apport n’est pas significatif ».

Pour consulter le rapport et en savoir plus sur les méthodes de calcul: Les émissions de CO2 liées à l’énergie en France de 1990 à 2017 Facteurs d’évolution et éléments de comparaison internationale

[1] Graphique réalisé par le Commissariat général au développement durable