15.05.2018

Etats-Unis : le New Jersey soutient le nucléaire

hope_creek.jpg
Par la rédaction et l'Ambassade de France aux Etats-Unis

Après plusieurs mois de négociations et de controverses, le Sénat et l’Assemblée du New Jersey ont voté les textes législatifs nécessaires pour faire de cet Etat le troisième, après New York et l’Illinois, à avoir inclus le nucléaire dans ses programmes de subventions aux énergies propres.

Cette décision marque une importante victoire pour PSEG, dont les deux centrales (Hope Creek et Salem) étaient menacées de fermeture et vont maintenant pouvoir bénéficier de Zero Emission Certificates (ZEC), mais aussi pour tout le nucléaire américain en difficulté face au gaz et aux renouvelables. L’aide dont pourra bénéficier PSEG est significative, puisqu’elle est évaluée à environ 300 millions de dollars par an, financée par une augmentation du tarif de l’électricité de 4 $/MWh. PSEG devra toutefois démontrer tous les trois ans que cette aide lui est nécessaire pour assurer sa viabilité financière et il lui sera interdit de solliciter d’autre revenus complémentaires, via par exemple le marché du carbone naissant.

La troisième centrale du New Jersey, Oyster Creek (Exelon), n’est pas éligible aux ZEC puisqu’elle ne dispose pas d’une licence d’exploitation au-delà de 2030. Enfin, fortement engagés dans une politique écologique, les législateurs ont aussi validé de nouveaux objectifs pour le Renewable Portfolio Standard (RPS), en portant l’objectif de part d’électricité d’origine renouvelable d’actuellement 24,5% en 2020 à 50% en 2030, et ont instauré de nouvelles exigences en matière d’efficacité énergétique.

Cet article est un résumé d'articles parus dans la presse. Il n'engage en aucun cas ni la responsabilité de l’Ambassade de France aux Etats-Unis, ni celle de son Service nucléaire.