04.09.2018

Érosion des moyens de production pilotables dans l’Union européenne

energiewende_rapport.jpg
Par Hartmut Lauer, consultant.

Jusqu'à présent le gouvernement allemand estimait qu’en cas de besoin - après la sortie du nucléaire et la baisse de la part du charbon - les moyens de production pilotables des pays voisins et les interconnexions seraient suffisants pour assurer la sécurité d’approvisionnement du pays. Une erreur de jugement selon une analyse de la fédération des entreprises de l'énergie BDEW publiée en août 2018.

Dans son livre vert de 2014, le Ministère Fédéral de l’Economie et de l’Energie (BMWi) part de l’hypothèse que des surcapacités de l’ordre de 60 GW de moyens pilotables seraient disponibles en Europe. Selon l’analyse du BDEW, le ministère aurait « mal interprété » le rapport de l’ENTSO-E, association des gestionnaires européens de réseau de transport d'électricité. En réalité les surcapacités de moyens pilotables en Allemagne et dans les pays limitrophes sont déjà plus basses d’un facteur 3 à 4 (15 à 23 GW).

Les rapports d´ENTSO-E ne publient plus d’informations systématiques sur les capacités disponibles en GW mais se fondent sur les pannes d'électricité exprimées en heures (Loss Of Load Expectation – LOLE) et les quantités d’électricité non fournie (Energy not Supplied – ENS). Cette approche décrit bien la sécurité de l'approvisionnement probable dans chaque pays mais ne permet pas une évaluation chiffrée concrète des sur- ou sous-capacités.

Le service scientifique interne (JRC) de la Commission européenne prévoit d’ici 2025 une réduction de la capacité des centrales à charbon dans l’UE-28 de 150 GW actuellement à 105 GW. A l’horizon 2030, une nouvelle baisse de capacité à 55 GW est attendue. Cela correspond à une réduction de 63% par rapport à la situation actuelle.

Cela signifie que, outre la réduction de la part du nucléaire en Europe, manqueront prochainement aussi des capacités de centrales thermiques à flamme. L’arrêt de centrales à charbon est certes une bonne nouvelle pour le climat (réduction des émissions de CO2) mais elle n’est pas sans mettre en tension la sécurité d’approvisionnement, le charbon étant une source de production pilotable qui, en l'absence de solutions de stockage, permet de combler l’intermittence des énergies renouvelables…

Les possibilités de secours inter-frontaliers en situation de pointe deviennent de plus en plus fragiles

Selon BDEW, cette tendance des pays européens à réduire les capacités des centrales à charbon et les capacités nucléaires rend les possibilités de secours inter-frontaliers en situation de pointe de plus en plus fragiles. L’idée d’assurer la sécurité d’approvisionnement à l’aide d’importation d’électricité produite sur la base d’énergies renouvelables n’est pas viable considérant la similitude des conditions de vent et d’ensoleillement en Europe occidentale. Pour améliorer le potentiel de foisonnement des productions d’énergies renouvelables, il faudrait en plus un super-réseau international de lignes à haute tension, très éloigné de la réalité en Europe. 

Si l'on considère en outre que lors des moments de pointe en Allemagne les pays limitrophes sont également dans une situation proche, cela limiterait de façon significative la marge de manœuvre pour réduire davantage la capacité des moyens pilotables en Allemagne.  

Lire l’article complet sur : Allemagne Energies