25.02.2020

L’énergie nucléaire s’installe à Barakah

barakah-1-4-december-2017-enec.jpg
La rédaction - ©Photo - Les quatre unités de Barakah, situées dans le golfe persique ENEC

Le 17 février 2020, l’Autorité fédérale de régulation nucléaire (FANR) des Emirats Arabes Unis a approuvé la délivrance de la licence d’exploitation du réacteur 1 (1345 MW) de la centrale nucléaire de Barakah, selon Hamad-Al-Kaabi, le représentant permanent des EAU à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Avec le début du chargement du combustible le 19 février la mise en service de la première centrale nucléaire du monde arabe se concrétise. Elle accueillera quatre réacteurs nucléaires de construction coréenne pour une puissance totale de 5600 MWe et une production électrique équivalente à 25 % des besoins des 9,3 millions d’habitants des sept émirats de l’Etat.

La FANR a été créée en 2009 et son directeur général, Christer Viktorsson, est suédo-finlandais. Depuis 2015, la FANR analyse les 14 000 pages du dossier de sûreté remis par Emirates Nuclear Energy Corporation (ENEC). Elle a déjà réalisé 185 inspections et demandé 2 000 compléments d’informations au futur exploitant.

Depuis 2010, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et l’Association mondiale des exploitants nucléaires (WANO)[1], ont réalisé plus de 40 missions internationales[2]. Fin janvier 2020, WANO a confirmé que le réacteur Barakah-1 était « prêt à démarrer dans le respect des standards internationaux de sûreté ».

La France aux côtés des Emirats

Les Français, notamment via l’Andra, EDF et Framatome, ont pris part au projet pour accompagner ENEC et ses filiales dans des domaines très variés. L’expérience française en matière d’exploitation mais aussi de gestion des déchets a séduit les EAU.

Pour l’exploitation EDF va soutenir et former les équipes locales sur les questions de :

- Sûreté nucléaire et préparation aux événements de crise
- Management et leadership
- Pré-opération et opérations
- Cycle du combustible
- Gestion des déchets radioactifs sur site
- Radioprotection
- Chaîne d'approvisionnement et approvisionnement
- Développement de la recherche - Innovations et nouvelles technologies
- RH et staffing
- Protection environnementale sur le long terme

Pour la gestion des déchets, l’Andra et ENEC ont signé le 31 janvier 2019 un accord de coopération pour le développement d’un vaste programme de gestion des déchets radioactifs. 

Cette coopération entre ENEC et l’Andra comporte plusieurs volets, notamment une revue des aspects règlementaires, la formation d’équipes et le développement préliminaire d’un centre de stockage pour les déchets opérationnels de faible et moyenne activité.

1.

[1] Un organe d’inspection d’échange et de dialogue créé en 1989 soit trois ans après l’accident de Cherbobyl (1986)

[2] Dépêche AFP du 17 février 2020