07.04.2020

Deux réacteurs supplémentaires pour la République tchèque

cez_dukovany.jpg
République tchèque,
Nucléaire en Europe,
Accord de Paris
Gaïc Le Gros (SFEN) - Crédit photo © ČEZ - Centrale nucléaire de Dukovany

L’électricien national tchèque, ČEZ, a soumis un dossier à l’Autorité de sûreté nucléaire nationale (SUJB) pour la construction de deux unités supplémentaires sur la centrale nucléaire de Dukovany au sud du pays.

Le nucléaire en République tchèque représente près d’un tiers de la production électrique nationale avec six réacteurs répartis sur deux centrales pour une production annuelle de 30 TWh (2018). La centrale nucléaire de Dukovany, située dans la région de Vysočina compte quatre réacteurs VVER de 440 MWe et la centrale nucléaire de Temelín, en bohème du sud, compte deux réacteurs VVER de 1080 MWe.

Faire face au défi climatique

 « La France est le leader (...) dans l’objectif de réduction des émissions de CO2 (…) et je comprends pourquoi », avait déjà déclaré en novembre 2019, Andrej Babis, le Premier ministre, louant au passage le parc électronucléaire français. Une position claire et réaffirmée lors du Conseil européen le 12 décembre 2019, « sans le nucléaire, ce n’est pas possible pour la République tchèque » d’atteindre les engagements de réduction des émissions de CO2 pris lors de l’accord de Paris.

La feuille de route énergétique de 2015 approuvée par le gouvernement tchèque prévoit la construction d’une unité supplémentaire, et éventuellement, trois de plus réparties entre les deux centrales nucléaires actuelles. La construction de la première unité a été validée par le gouvernement en juillet 2019, en accord avec les objectifs nationaux d’atteindre 46 % d’électricité d’origine nucléaire en 2040 puis 58 % à terme.

La construction d’une première tranche validée

En juillet 2019, le gouvernement a donné son approbation à la construction d’un premier réacteur nucléaire supplémentaire à Dukovany. Le constructeur « devra être sélectionné d’ici fin 2022, pour un début de construction en 2029 et une connexion au réseau en 2036 », avait précisé Andrej Babis.

Selon la presse nationale, plusieurs grands noms du secteur ont fait connaître leur motivation : EDF (France), KHNP (Corée du Sud), Rosatom (Russie), China General Nuclear Power (Chine) et Westinghouse (États-Unis).

Deux unités supplémentaires

Le dossier remis à l’Autorité de sûreté SUJB pour la construction de deux nouvelles tranches le 25 mars 2020, représente 5 années de travail précise ČEZ. Un document d’environ 1600 pages reprend plus de 300 études et analyses d’experts pour assurer la sûreté et la préservation de l’environnement et ce, de la construction au démantèlement. Les deux unités viennent s’ajouter à l’unité validée en juillet 2019 et seront a priori des réacteurs à eau pressurisée d’une puissance ne dépassant pas les 1200 MWe, « pour cause de limites techniques et naturelles », précise l’électricien. C’est la filiale de ČEZ, Elektrárna Dukovany II, créée en 2015 qui est chargée du projet.