10.03.2020

Peach Bottom en route vers les 80 ans

peach-bottom-exelon-generation.jpg
Etats-Unis,
Peach bottom
La rédaction - Crédit Photo Exelon

L’autorité de sûreté américaine (NRC) a approuvé la prolongation de l’exploitation des réacteurs 2 et 3 de la centrale de Peach Bottom, située dans l’Etat de Pennsylvanie. Après Turkey Point, Peach Bottom est la deuxième centrale nucléaire à voir l’exploitation de ses réacteurs prolongées de 60 à 80 ans.

L’exploitant, Exelon, a déposé sa demande à l’autorité de sûreté en juillet 2018 afin de prolonger les deux réacteurs à eau bouillante (REB) d’une capacité de 1200 MWe[1]. (Le réacteur 1 de la centrale était un réacteur expérimental à haute température refroidi au gaz (HTGR) arrêté en 1974.) Selon l'opérateur, l'exploitation jusqu'en 2054 de la centrale nucléaire évitera l'émission de l'équivalent de plus de 536 millions de tonnes de CO2.

En décembre 2019, l’exploitation des réacteurs 3 et 4 de la centrale nucléaire de Turkey Point a été prolongée par la NRC. La NRC est autorisée, en vertu du US Atomic Energy Act, à délivrer des licences pour que les réacteurs de puissance commerciaux fonctionnent jusqu'à 40 ans - une période qui, selon elle, était fondée sur des considérations économiques et antitrust, plutôt que sur des limitations de la technologie nucléaire. Les licences peuvent être renouvelées pour une période supplémentaire de 20 ans pour une durée de vie opérationnelle de 60 ans dans un processus qui oblige les demandeurs à traiter les aspects techniques du vieillissement de l'usine et à décrire comment ces effets seront gérés, ainsi qu'à évaluer les impacts environnementaux potentiels de la poursuite de l'exploitation de l’installation.

Les renouvellements de licence ultérieurs couvrent encore 20 années d'exploitation au-delà de 60 ans et se concentrent sur la gestion du vieillissement des centrales pendant la période d'exploitation de 60 à 80 ans, en particulier les effets d'une exploitation prolongée et d'une forte exposition aux rayonnements sur les pièces du réacteur, les structures de confinement en béton, les câbles électriques, entre autres. La NRC ne renouvellera une licence seulement si elle détermine que l’installation actuellement en exploitation continuera de maintenir le niveau de sécurité requis.

Dominion Energy a également soumis un dossier à l’Autorité de sûreté pour un renouvellement de licence des réacteurs 1 et 2 de Surry. La décision finale sera présentée au mois de juin.

 

[1] https://www.nei.org/resources/fact-sheets/pennsylvania