28.07.2020

Nucléaire spatial : le rover de la NASA sur le pas de tir

sonde_mars_2020.jpg
Mars,
RTG,
Nucléaire spatial
Gaïc Le Gros (SFEN) © Crédit photo NASA

« Perseverance », est le nom de l’astromobile qui décollera de la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride, le jeudi 30 juillet, objectif Mars. Celui-ci dispose d'une grande liberté de mouvement grâce à son générateur thermoélectrique à radioisotopes.

Y a-t-il eu de la vie sur Mars ?

L’objectif de la mission Mars 2020 est de répondre à cette question, notamment en ramenant sur Terre des échantillons prélevés sur la Planète rouge. C’est une rupture avec la mission précédente où les analyses se faisaient sur place, avec la seule instrumentation du Rover, c'était le cas pour Curiosity lors de la mission « Mars Science Laboratory » (2011-2012) .

Direction le cratère de Jezero, Persévérance part à la recherche de trace de vie passé dans un ancien delta.

L’alimentation électrique

Afin d’assurer l’alimentation électrique de l’astromobile dans les situations les plus extrêmes, la NASA a fait le choix d’un générateur thermoélectrique à radioisotopes (RTG) au plutonium 238. D’une puissance de 110 watts au lancement, cette technologie va alimenter « Persévérance » pendant une quinzaine d’année.

Ne dépendant du rayonnement solaire, le rover dispose d'une mobilité sur une large gamme de latitudes, en été comme en hiver, le tout avec une capacité maximisée des instruments scientifiques.

Le générateur, désigné comme MMRTG pour Multi-mission Radioisotope Thermoelectric Generator, transforme la chaleur émise par la radioactivité naturelle du plutonium 238 (pas de fissions) en électricité via un couple thermoélectrique.

Logé dans la tête de fusée Perseverance décollera le lundi 30 juillet et arrivera sur Mars le 18 février 2021.