26.05.2020

Mise en service de la première centrale nucléaire Flottante en Russie

elena_dider.jpg
Russie,
Akademik Lomonosov,
Small Modular Reactor,
SMR
La rédaction (SFEN) - © Crédit photo Elena Dider

Le groupe nucléaire russe Rosatom a largement communiqué ces deux dernières années sur son projet de centrale nucléaire flottante. Et pour cause, il s’agit d’une première dans le monde. Cette centrale est composée de deux réacteurs nucléaires intégrés au navire Akademik et a été mise en service officiellement le 22 mai 2020.

Le bateau s’est installé près de la ville portuaire de Pevek en mer de Sibérie orientale, et est présenté comme « la centrale nucléaire la plus septentrionale au monde », dans un communiqué citant Andrei Petrov, directeur de Rosenergoatom, filiale de Rosatom et en charge de ce projet.  

Construit à Saint-Pétersbourg, où sont également réalisés de nouveaux brise-glaces à propulsion nucléaire, l’Akademik Lomonosov mesure 144 mètres de long et 30 mètres de large. Les deux réacteurs à eau pressurisée ont une capacité chacun de 35 MW pour une durée d’exploitation de 40 ans. La technologie est celle des petits réacteurs modulaires (SMR) de faible puissance dont la vocation est de fournir une énergie bas carbone, disponible 24h/24, 7j/7 aux endroits faiblement peuplés et isolés. Fin décembre 2019, les deux réacteurs avaient été raccordés au réseau pour fournir de l'électricité à la ville isolée de Chaun-Bilibino dans le district autonome de Tchoukotka. Depuis son raccordement, la centrale a déjà produit plus de 47,3 millions de kWh d'électricité, couvrant actuellement 20 % la demande du réseau de la ville. Après la fermeture de la centrale nucléaire actuelle de Bilibino, l’Akademik Lomonosov deviendra la principale source d'énergie russe de cet endroit du monde.

Un bon nombre de pays dans le monde s’intéresse de près au concept de SMR, comme la Chine qui vient d’annoncer la construction de sa première centrale nucléaire flottante. Côté français, un consortium EDF, CEA, TechnicAtome et Naval Group, signé en septembre 2019 prévoit un SMR de conception française, Nuward, d’ici 2030.