L’édito de Xavier Ursat, directeur exécutif groupe EDF en charge de la direction ingénierie et projets nouveau nucléaire - Sfen

L’édito de Xavier Ursat, directeur exécutif groupe EDF en charge de la direction ingénierie et projets nouveau nucléaire

Publié le 28 mars 2022 - Mis à jour le 29 mars 2022
EPR 2, un programme exaltant (RGN trimestre 1, 2022)

Le 10 février 2022, à Belfort, dans le cadre d’un discours sur le volet « Énergies » de France 2030, le président de la République a dévoilé trois chantiers à mettre en oeuvre dans l’Hexagone d’ici 2050 pour atteindre la neutralité carbone, réduire la dépendance énergétique du pays et en assurer le développement industriel. Il s’agit d’abord de diminuer de 40 % la consommation énergétique de la France ; d’accélérer le développement des énergies renouvelables ; de consolider la place du nucléaire dans le mix énergétique français, à travers un programme de relance du nucléaire. Ce programme d’une ampleur inégalée repose sur la construction de trois paires d’EPR 2 et l’étude pour la construction de huit EPR 2 additionnels. Le chef de l’État a également annoncé la prolongation de l’exploitation au-delà de 50 ans de tous les réacteurs susceptibles de répondre aux conditions de sûreté. Il entend également développer le réacteur modulaire Nuward et des réacteurs innovants permettant de fermer le cycle du combustible et de produire moins de déchets.

Autant de projets qui confortent l’atout nucléaire français, reconnu pour sa contribution essentielle à la décarbonation de l’économie et comme vecteur majeur d’indépendance énergétique et de relance industrielle. Autant de projets qui sont le fruit de l’effort mené depuis des années par la filière, et la Sfen en particulier, pour démontrer notre capacité à relever des chantiers de cette ampleur et aider nos concitoyens à porter un regard renouvelé sur le nucléaire. C’est, pour notre filière, un programme exaltant. Il nous confère une grande responsabilité pour les années à venir. En donnant la visibilité que nous appelions de nos voeux depuis plusieurs années, ce programme historique va permettre d’enclencher une dynamique d’industrialisation forte, pourvoyeuse de croissance économique à long terme, qui stimulera l’innovation et l’emploi.

C’est d’ailleurs sans doute le premier défi que nous aurons à relever : celui des compétences. La réalisation de ces six nouveaux EPR 2 mobilisera plus de 30 000 emplois directs et indirects pendant la phase de construction. Il assurera également plus de 10 000 emplois pendant toute la phase d’exploitation, jusqu’au début du prochain siècle. L’enjeu en termes de formation et d’intégration est considérable. Exaltant, vraiment.

Xavier Ursat, directeur exécutif groupe EDF en charge de la direction ingénierie et projets nouveau nucléaire – Edito RGN, 1er trimestre 2022