02.06.2020

EDF dépose une demande pour la construction de deux EPR à Sizewell

szc_stage_3_aerial_view_4.jpg
EDF Energy,
Hinkley Point,
EPR
Gaïc Le Gros (SFEN) - © Crédit photo EDF Energy - Vue aérienne du projet SZW C à côté de Sizewell A et B

Alors que le radier du deuxième EPR à Hinkley Point C vient d’être achevé dans les temps, EDF Energy, filiale britannique d’EDF, a déposé mercredi 27 mai une demande auprès des autorités britanniques pour construire une nouvelle centrale nucléaire équipée de deux réacteurs EPR à Sizewell dans le Suffolk. Si le projet est accepté, Sizewell C, avec une puissance de 3,2 GW, produira environ 7 % de l’électricité consommé par les britanniques.

La première étape de la demande est la revue du projet par l’Inspection de la planification (Planning Inspectorate) pilotée par l’agence gouvernementale, chargée de gérer le processus de planification des projets d’infrastructures d’importance nationale, en vue de l’obtention de l’autorisation de construction, dit Development Concent Order (DCO). C’est le gouvernement britannique qui prendra la décision finale de la construction.

Le projet comprend la construction, en partenariat avec le chinois CGN déjà présent à Hinkley Point C, d’une nouvelle centrale à côté de Sizewell B dans l’Est de l’Angleterre. Le site est depuis les années 1960 un site nucléaire. En effet la centrale de Sizewell A a été construite à cette époque et comprend deux réacteurs magnox arrêtés en 2006. Sizewell B accueille le réacteur à eau pressurisée le plus puissant du pays (1188 MWe) qui produit à lui seul 3 % de l’électricité du pays. Les deux EPR de Sizewell C, si le projet est accepté, produiront environ 7 % de l’électricité du pays.

Bénéficier de l’effet de série

L’effet de série devrait permettre de réduire le coût de construction de 20 % selon EDF. Des gains de productivité importants ont d’ores et déjà été constatés sur la construction du radier du deuxième réacteur d’Hinkley Point C.  A noter par exemple que la mise en place du ferraillage a été réalisé en 16 heures sur l’unité 2 contre 25 heures pour l’unité 1 malgré les contraintes sanitaires liés à la pandémie de coronavirus. Le radier de 49 000 tonnes a été achevé dans les délais fixés il y a maintenant 4 ans.

« La forte culture d’apprentissage et d’innovation d’Hinkley Point C mène à une productivité améliorée alors que la construction de notre deuxième réacteur suit son cours. Cette expérience est une excellente base pour la construction de nouveaux réacteurs à Sizewell C», a déclaré Stuart Crooks, directeur du projet HPC.

Des retombées économiques importantes

Cette nouvelle construction créera 25 000 emplois et 1 000 contrats d’apprentissage sur la durée de construction permettant à l’Est de l’Angleterre de soutenir l’économie locale après le choc de la pandémie de coronavirus. Près de 70 % des coûts de construction profiteront à des entreprises britanniques qui, faisant d’une pierre deux coups, participeront également à une relance verte de l’économie.

Les objectifs d’emplois sur toute la période de construction sont les même que ceux d’Hinkley Point C. A ce jour, plus de 10 000 emplois et 660 contrats d’apprentissage ont été créés. De plus l’exploitation pérennisera 900 emplois pendant toute la durée de l’exploitation de la centrale, soit au moins 60 ans. La fin du chantier est actuellement fixée à fin 2025.

 

hpc_retombees_eco.png

Source : EDF, How construction of Hinkley Point C is supporting companies in Britain

Une nouvelle construction permettrait aussi de capitaliser sur le retour d’expérience comme le mentionne Energy For Humanity[1] : « Le Royaume-Uni et EDF ont massivement investi dans le projet d’Hinkley Point C développant les compétences et les capacités de la supply chain, de la gouvernance des projets et de la main d’œuvre. Sizewell C représente une opportunité unique au Royaume-Uni de maintenir et de capitaliser sur ces compétences reconstruites ».

Une action pour le climat en vue de la COP26

« Alors que le Royaume-Uni doit accueillir la COP26 en 2021, la construction de Sizewell C serait une décision significative », argumente Energy For Humanity[2] dans sa lettre ouverte au secrétaire d’État au Commerce à l’énergie et à l’industrie. Au Royaume-Uni, le nucléaire représente environ 20 % de l’électricité générée, le gaz 40 % et le charbon représentait 5,1 % du mix électrique en 2018. Le projet de Sizewell C, s’il est accepté, alimentera 6 millions de foyers en électricité bas carbone et contribuera à la sortie des énergies fossiles.

 

1.

Energy for Humanity est une organisation à but non lucratif basée au Royaume-Uni et en Suisse avec une vision mondiale axée sur les solutions de lutte contre changement climatique et sur l'accès universel aux énergies modernes.