01.06.2021

COP26, 100 associations scientifiques alertent sur le rôle du nucléaire pour la neutralité carbone

nuclear_for_climate.jpg
COP26,
Nuclear for Climate
Cécile Crampon (Sfen)

La 26e Conférence des parties des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) qui avait été reportée en 2020 du fait de la pandémie du Covid-19 se tiendra à Glasgow, du 1er au 12 novembre 2021. Pour préparer cette conférence sur le thème « Unir le monde pour lutter contre le changement climatique », se tient actuellement, jusqu’au 17 juin, le Bureau de la COP26, réunissant politiques, chefs d’entreprises, sociétés civiles. A cette occasion, le premier ministre, Boris Johnson, dont le pays accueille cette 26e COP a souligné l’importance de discuter « de notre devoir collectif de travailler ensemble non seulement pour notre planète, mais pour tous nos futurs ». De son côté, Nuclear for Climate[1] a mobilisé plus de 100 associations scientifiques pour alerter à nouveau sur le rôle du nucléaire, aux côtés des renouvelables, en faveur du climat.

Pour marquer cette première étape de la COP26, ce sont plus de 100 associations scientifiques nucléaires à l’échelle mondiale qui se mobilisent pour que les dirigeants et décideurs prennent en compte les conclusions des rapports scientifiques sur le rôle crucial du nucléaire, aux côtés des énergies renouvelables, pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Cette initiative dans laquelle s’inscrivent plus de 80 000 jeunes professionnels, ingénieurs, scientifiques, experts nucléaires, écologistes et citoyens concernés, est portée par Nuclear for Climate.

Que dit ce document ?

Il s’agit d’un nouvel appel pour que soient pris en compte les rapports scientifiques qui indiquent que la production d’énergie nucléaire doit au moins doubler d'ici 2050 :

• L’Agence internationale de l’Energie (AIE) - Feuille de route, neutralité carbone 2050, mai 2021 : la production d'énergie nucléaire devra augmenter de 40 % d'ici 2030 et au moins doubler d'ici 2050 pour atteindre les objectifs mondiaux de zéro émission nette de gaz à effet de serre. Le monde doit accélérer la construction de nouvelles centrales nucléaires.

iea_sds_off-track.png
 
 

• Le rapport du GIEC SR 1.5 de 2018, résumé pour décideurs : l’augmentation substantielle de l'énergie nucléaire est nécessaire dans les quatre trajectoires illustratives qui limitent le réchauffement climatique à 1,5 °C. Ces quatre trajectoires montrent une augmentation de la production nucléaire comprise entre 98 % et 501 % de 2010 à 2050.

 

ipcc_illustrative_pathways.png
 
 

Les associations scientifiques signataires partagent la vision d'un avenir propre, durable et sobre en carbone pour tous. Leur ambition est de contribuer à l’atteinte de la neutralité carbone d’ici 2050 en favorisant la collaboration de la technologie nucléaire et des renouvelables. Ce n’est qu’en « suivant la science » et en reconnaissant le nucléaire, que la production d'énergie dans le monde, - dont le doublement est attendu d'ici 2050 -, pourra atteindre les objectifs de neutralité carbone.

Une attention particulière a été apportée aux décideurs clés de la COP26, tels que le président de la COP26, Alok Sharma et le secrétaire de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et Patricia Espinosa, contactés pour prendre des mesures et s’assurer que le nucléaire soit également représenté et soutenu à la COP26 aux côtés des énergies renouvelables.

Lire le communiqué de presse.

Les associations signataires.

[1] Nuclear for Climate est une initiative des sociétés nucléaires rassemblant les professionnels et scientifiques de la communauté nucléaire internationale. Fondée en 2015 à l’occasion de la COP21 par l’American Nuclear Society (ANS), la Société française d’énergie nucléaire (Sfen) et la European Nuclear Society (ENS). Elle est coordonnée via les associations nucléaires nationales et sociétés scientifiques et techniques. La communauté internationale reconnaît le besoin urgent de décarboner pour protéger les personnes et la planète de la pollution atmosphérique et le changement climatique.