Allemagne: les provisions pour le démantèlement sont suffisantes - Sfen

Allemagne: les provisions pour le démantèlement sont suffisantes

Publié le 13 octobre 2015 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • Démantèlement
  • Economie
  • Energiewende
  • Fiscalité

Selon un audit commandé par le Ministère de l’Economie et de l’Energie Allemand, les provisions des énergéticiens – RWE, EON, Vattenfall, EnBW – pour financer le démantèlement des centrales et la gestion des déchets nucléaires sont suffisantes. Arrivée à échéance en Allemagne, la question du montant des provisions pourrait émerger dans d’autres pays « nucléarisés » comme la France.  

 

Des stress-test pour évaluer le montant des provisions

En 2011, l’accident de Fukushima Daiichi pousse le gouvernement allemand à engager sa transition énergétique (« Energiewende »), dont la mesure phare est la sortie progressive du nucléaire d’ici 2022. La loi indique qu’il appartient aux exploitants de supporter les coûts de la sortie du nucléaire.

Soucieux que le contribuable ne soit pas la variable d’ajustement permettant de financer les opérations de démantèlement et la gestion des déchets nucléaires, le gouvernement a commandé un audit pour évaluer avec précision les provisions des énergéticiens. 

38,3 milliards d’euros

Réalisé par le cabinet Warth & Klein Grant Thornton, l’audit a permis de savoir si les 38,3 milliards d’euros, présentés dans les bilans des énergéticiens fin 2014, étaient suffisants pour couvrir les opérations de démantèlement et le traitement des déchets.

Il ressort de cet audit que les provisions des énergéticiens allemands sont, contrairement à ce qu’avait annoncé par le magazine Der Spiegel, suffisantes pour financer la sortie du nucléaire.

Dans le détail, le cabinet d´audit a identifié 5 postes de dépense (~ 47,5 mds € en prix courant) :

  • 19,7 mds € pour la mise à l’arrêt et le démantèlement des 23 réacteurs nucléaires[1] ;
  • 9,9 mds € pour le conditionnement et le transport des assemblages irradiés et des déchets radioactifs ;
  • 5,8 mds € pour le stockage des déchets radioactifs ;
  • 3,75 mds € pour la mise à disposition du centre de stockage définitif des déchets à faible et moyenne activité ;
  • 8,3 mds € pour la mise à disposition du centre de stockage définitif des déchets à haute activité et à vie longue.

En moyenne, Warth & Klein Grant Thornton estime que le démantèlement de chaque réacteur coûtera 857 millions d’euros (un montant supérieur aux standards internationaux) et qu’il est possible d’optimiser le coût global de l´ordre de 6 mds €.

Le cabinet d’audit a évalué les provisions nécessaires selon différents scénarios et a établi un éventail allant de 25 à 77 milliards d’euros (prix courant).  Il ressort que même dans le cas, hautement improbable, où 40 mds € manqueraient pour financer les opérations, les actifs combinés des énergéticiens en Allemagne couvriraient le coût du démantèlement des sites nucléaires et la gestion des déchets radioactifs. « Les tests de résistance le montrent : les entreprises concernées ont pleinement couvert les coûts avec leurs provisions » conclut Sigmar Gabriel, Ministre de l’Economie et l´Energie, cité dans le communiqué.

 

Les prochaines étapes

Le gouvernement allemand va maintenant mettre en place un comité pour évaluer les résultats de l’audit et assurer le suivi du financement de la sortie du nucléaire.

Parallèlement, le gouvernement veut légiférer pour s’assurer que les opérateurs nucléaires restent bien seuls à financer le démantèlement de leurs réacteurs, même en cas de changement de propriétaire, et ne font pas reposer ces coûts sur les contribuables.

Actuellement, huit réacteurs représentant une puissance installée brute de 11,4 GW sont encore en exploitation outre-Rhin.

Le cas allemand sera certainement un laboratoire pour les échéances françaises futures sur la question du montant des provisions. 

 

[1] 6 réacteurs arrêtés entre 1977 et 2005, 9 réacteurs arrêtés entre 2011 et 2015, 8 réacteurs encore en service à arrêter progressivement d´ici 2022. 

Centrale nucléaire de Mülheim-Kärlich en démantèlement – Copyright SFEN

Publié par Hartmut Lauer

  • Démantèlement
  • Economie
  • Energiewende
  • Fiscalité