03.12.2019

9/10 - Framatome, porteur d’innovations pour la GEN IV et les réacteurs avancés

framatome_reuacteurs_avanceus_reualiteu_virtuelle.jpg
Framatome,
Taishan,
Vitrine Industrie du Futur
Par la rédaction SFEN, avec la participation de Jean-Pol Serpantié, directeur R&D, et de Jean-Marie Hamy, responsable unité « réacteurs avancés » chez Framatome
© Framatome - Utilisation de la réalité virtuelle pour la conception des réacteurs avancés par les équipes de Framatome.

Framatome [1] est connu pour ses réalisations dans les 2e et 3e générations de réacteurs, et récemment pour sa contribution à la construction des deux EPR de Taishan qui délivrent  désormais 3500 MWe sur le réseau chinois.

Le groupe fournira aussi à l’exploitant quinze ans d’assemblages de combustible. Mais Framatome travaille également aux réacteurs de 4e génération au travers de ses ex-filiales NOVATOME et INTERATOM en Allemagne, intégrées de longue date dans le groupe.

Déjà dans les années 1970-1990, Framatome participait à la conception et à la réalisation de différents prototypes de la filière des réacteurs à neutrons rapides au sodium (RNR-Na) : Rapsodie, Phénix et Superphénix en France, KNK2 et SNR300 en Allemagne, avec une implication dans l’European Fast Reactor (EFR), le projet européen. Le groupe s’est aussi investi dans la filière de réacteurs à haute température (HTR) à combustible réfractaire (TRISO) : réacteur THTR300 et projet HTR-Modul (Allemagne), inspirateurs des projets HTR PBMR (Afrique du Sud) et HTR-PM (Chine) – ce dernier étant en cours de démarrage. Framatome est toujours resté très mobilisé sur les projets de réacteurs de 4e génération.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.

La suite du dossier

capture_rnr_na_2.png

Dans le contexte de la 4e génération, les RNR-Na apportent des innovations sur l'optimisation des matières premières et la sûreté, ce qui intéresse de près les grandes nations.

cd216-visit_boulogne-00283_pers_ok.jpg

Daniel Iracane, directeur général adjoint de l'Agence pour l'Energie Nucléaire, fait le point sur le contexte entourant l’innovation nucléaire.