09.03.2020

8/9 - Objectif Lune : le retour

lunar_base_made_with_3d_printing_pillars.jpg
Lune,
Radioactivité,
ISS
Par Gaïc Le Gros, SFEN - Photo : © ESA - Concept de base lunaire de l’Agence spatiale européenne (ESA). L’abri serait construit avec des ressources locales et une imprimante 3D.

D’ici à 2030 les hommes seront de retour sur la Lune. Cette fois-ci, ce ne sera pas une fin en soi, mais une étape essentielle à l’envoi d’hommes sur Mars. Mais avant d’en arriver là, de nombreuses interrogations subsistent en matière de radioprotection et d’énergie afin de protéger la vie des futurs astronautes sur la planète rouge.

« Nous avons fait le choix d’aller sur la Lune dans la décennie […], non pas parce que c’est facile mais parce que c’est dur, parce qu’un tel objectif permettra d’organiser et de mesurer le meilleur de nos énergies et compétences, car ce défi est un défi que nous sommes prêts à accepter, que nous ne voulons pas reporter, et que nous avons l’intention de gagner », déclarait le président John Fitzgerald Kennedy le 12 septembre 1962, dans son célèbre discours We choose to go to the Moon, prononcé à l’université Rice à Houston.

Toutes les technologies dont nous disposons actuellement, en particulier le solaire et le nucléaire, seront nécessaires à la survie des hommes aussi bien sur la Lune que sur Mars

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.

La suite du dossier

romain2.jpg

Face aux États-Unis, à la Chine, l’Inde, le Japon, les Émirats arabes unis, quelle place prendra l’Europe dans les missions spatiales à venir ?

40126460511_7b5cc64871_o_2.jpg

Le secteur dit du New Space est en pleine croissance économique depuis une quinzaine d’années avec de nouveaux entrants à très fort potentiels.