24.01.2020

8/8 - Canada : des SMR pour lutter contre la dépendance au diesel des communautés isolées

communauteu_arctique_de_cambridge_bay_shutterstock.jpg
Canada,
Small Modular Reactor,
Russie
Par la rédaction, SFEN. Photo : Ikaluktutiak, dans la région du Nunavut - © Sophia Granchinho

Plusieurs provinces du Canada se penchent sur l’installation de petits réacteurs modulaires (SMR) pour alimenter en énergie des communautés isolées. Fortement dépendantes des générateurs diesel pour leurs besoins en électricité et en chauffage, ces communautés en subissent tous les inconvénients – un véritable fléau environnemental et économique.

« Les communautés isolées n’ont pas les avantages de 99 % des Canadiens concernant la stabilité et le prix de l’électricité », a déclaré Christopher Duschenes, ancien directeur du Centre de recherche pour le Nord, qui étudie les communautés du Nord et les populations indigènes du Canada. Le pays compte en effet 276 communautés isolées, dont 266 ont recours à des moteurs diesel pour subvenir à leurs besoins en chauffage et en électricité [1], une énergie fossile qui a un impact important sur la santé et sur l’environnement. Un impact qui se traduit non seulement par les rejets atmosphériques mais aussi par les conséquences des déversements accidentels qui sont au Canada de l’ordre d’un millier par an [2]. Cette situation délétère chronique nécessite au mieux des opérations de dépollution au coût important et, dans le pire des cas, cause d’importants dommages environnementaux.

Cette dépendance a également un coût économique, rehaussé par les difficultés d’un ravitaillement régulier dues au manque d’infrastructures. Alors que le prix du kilowattheure (kWh) moyen se situe entre 0,10 et 0,15 dollar au Canada, il est de 1,14 dollar et tombe à 0,30 dollar après subventions dans les territoires du Nunavut, au nord, ce qui reste tout de même deux à trois fois le prix moyen du kWh [3]. Sans compter que ce coût pourrait augmenter davantage encore dans l’hypothèse d’une mauvaise implantation de capacités d’énergies intermittentes comme l’éolien et le solaire (coûts supplémentaires pour la gestion du réseau électrique, entretien, etc.).

 

 

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.

La suite du dossier

shutterstock_1118118842.jpg

Le dessalement de l’eau de mer apparaît comme une solution clé pour bon nombre de pays côtiers face à une population croissante, à l'épuisement des aquifères et au changement climatique.

porte-avions_charles_de_gaulle_domaine_public.jpg

Le transport maritime, qui représente 90 % du commerce mondial, émet d’importantes quantités d’oxyde d’azote (Nox), de dioxyde de carbone (CO2) et d’oxyde de soufre (SOx), polluant fortement les...