25.03.2021

8/10 - Les États-Unis s’engagent vers le déploiement des premiers SMR

us_canada.jpg
Etats-Unis,
ARDP
Par Gaïc Le Gros, Sfen et Charles Merlin, conseiller nucléaire adjoint de l’Ambassade de France à Washington - Photo © NRC - Les présidentes des autorités de sûreté canadienne, Rumina Velshi, à gauche, et américaine, Kristine Svinicki, à droite, ont signé en 2019 un accord pour renforcer la coopération dans la certification des réacteurs avancés et des SMR. L’accord permettra de renforcer l’harmonisation des critères de sûreté, un élément essentiel pour la fabrication en série des SMR.

Les États-Unis sont en bonne position dans la course aux petits réacteurs modulaires (SMR). Fin 2020, le ministère de l’Énergie américain (DOE) a annoncé le soutien à de nombreux projets pour déployer les premiers SMR d’ici à 2030 mais aussi pour développer des technologies avancées, en rupture avec les réacteurs d’aujourd’hui.

Parmi les nombreux projets améri­cains dans le domaine du dévelop­pement nucléaire, se trouvent des technologies plus ou moins ma­tures : certaines doivent être déployées dans la décennie en cours et d’autres, plus ambi­tieuses encore, entre 2030 et 2040.

Le budget de l’année fiscale 2021 du DOE (…) représente une enveloppe de plus de 42 milliards de dollars (…). Sur ce montant global, 1,5 milliard de dollars sera alloué à la R&D nucléaire

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.

La suite du dossier

smr_ecosys.png

Le nouveau paradigme introduit par le SMR prend aussi corps dans un processus de fabrication profondément repensé.

credits_idaho_national_laboratory.jpg

États, personnalités politiques, et même des associations écologistes portent un certain intérêt pour les petits réacteurs modulaires (SMR). Le point de vue de Redouane Seraoui,...