28.03.2019

8/10 - Désensabler la plage de Saint-Martin-en-Campagne, un projet partagé avec les acteurs locaux

plagecentrale_copyright_didier_marc.jpg
Penly,
EDF,
Désensablement
Par lar rédaction

Depuis l’automne 2018, un des chantiers de la centrale nucléaire de Penly consiste à désensabler une plage publique, contiguë à l’exploitation du site. Pour quelles raisons ? Exemple concret d’une action en faveur de l’environnement et de la biodiversité.

Les centrales nucléaires de production d’électricité ont besoin d’une source d’eau pour refroidir leurs installations. Dans le cas de la centrale de Penly, l’alimentation en eau brute est garantie par une bonne circulation dans le chenal d’amenée au droit du site, qui doit donc faire l’objet de dragages réguliers en période estivale, plus propice au travail de la drague.

Or, des accumulations de sable, estimées à 850 000 m3, étaient observées depuis 35 ans environ contre la digue ouest de la centrale de Penly. Le sable accumulé contre la jetée, avançant progressivement vers la pointe et finissant par la franchir, se déverse massivement à l’intérieur du chenal lors des épisodes de houle, et ce depuis 2007. Les opérations régulières de dragage du chenal sont donc complétées par des interventions hivernales.

Un projet de désensablement inédit

Afin de palier de façon pérenne aux phases d’ensablement rapide du chenal, EDF a initié une réflexion autour d’un projet de désensablement partiel de la partie est de la plage de Saint Martin-en-Campagne, accolée à la digue de la centrale.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.

La suite du dossier

c_edf_-_sasso_christel_.jpg

Depuis plusieurs années, des hausses records de température, des pics de canicule, des sécheresses prolongées, sont observés en France et dans le monde. Comment les centrales ...

creudit_edf_-_didier_marc.jpg

L’humanité se trouve confrontée à l’une des plus grandes menaces de son histoire : le dérèglement climatique et l’extinction progressive de la biodiversité.