6/11 – Rencontre avec le Directeur de la FARN - Sfen

6/11 – Rencontre avec le Directeur de la FARN

Publié le 28 février 2015 - Mis à jour le 28 septembre 2021
renoux2

Au lendemain de l’accident de Fukushima Daiichi, EDF a renforcé ses dispositifs classiques de gestion de crise nucléaire en créant notamment, en 2012, une Force d’action rapide nucléaire (FARN), validée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et saluée par l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique). Philippe Renoux, directeur de cette unité spéciale, entraînée à faire face aux situations les plus extrêmes, en explique le fonctionnement.

Pourquoi la FARN a-t-elle été créée alors que des plans d’urgence internes (PUI)1 existent déjà dans chaque centrale ?

Les événements survenus à Fukushima – 4 réacteurs accidentés – et les moyens de gestion de crise inadaptés mis en place par l’exploitant face à cette catastrophe hors norme ont fait prendre conscience qu’il était indispensable de mobiliser des moyens humains et matériels supplémentaires pour compléter les PUI existants sur chaque centrale nucléaire, des moyens adaptés à l’ampleur d’un accident majeur. L’idée de construire une unité d’intervention capable d’aider les équipes locales est rapidement devenue une évidence : ne pas laisser seule une centrale devant faire face à une telle situation. EDF est le premier exploitant au monde à avoir inventé ce concept de Force d’action rapide du nucléaire (FARN) inspiré des méthodes de la Sécurité civile. Nous avons reçu la validation de l’ASN et l’audit de l’AIEA a reconnu que la FARN était une bonne pratique.

Quel est le rôle de la FARN ?

En cas d’accident, la FARN apporte en moins de 12 heures, un appui logistique et humain à une centrale si le PUI déployé ne suffit pas à maîtriser l’incident. Elle peut intervenir dans les 19 centrales EDF. Nos équipes sont mobilisables à toute heure et en toutes circonstances pour maintenir les fonctions vitales d’une centrale. Nous sommes là pour épauler les équipes sur place et le Directeur de la centrale en mettant à sa disposition matériels, main-d’œuvre et compétences humaines sans pour autant se substituer à lui. En effet, la direction des opérations reste aux mains du Directeur qui connaît les installations mieux que quiconque et qui demeure responsable de la sûreté. Grâce à une logistique adaptée, nous sommes en mesure de garantir l’alimentation d’un site en eau, en air et en électricité si celle-ci venait à manquer. Et surtout nous pouvons inscrire notre intervention dans la durée. Nous disposons d’une diversité et d’une complémentarité de moyens qui permettent de faire face à toutes les situations. Nous pouvons intervenir par voie routière, nautique ou aérienne.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux adhérents de la SFEN. Pour lire la suite et avoir accès à l’ensemble de nos archives, abonnez-vous à la Revue Générale Nucléaire.

Philippe Renoux, Directeur de la FARN