03.12.2019

6/10 - Chine : réacteurs à neutrons rapides et nouveaux usages du nucléaire

franck_michel.jpg
Chine,
Electronuclear
Par Léonie Allard et Christophe Poinssot, service nucléaire de l’ambassade de France en Chine et rédaction SFEN

Avec 47 réacteurs nucléaires en exploitation, pour 49 GWe, et 10 en construction, la Chine possède actuellement le 3e parc nucléaire mondial derrière les États-Unis et la France. Depuis 2015, elle a décidé de ne construire que des réacteurs de 3e génération, dont les têtes de séries EPR françaises et AP1000 américaines ont été mises en service entre 2018 et 2019. Elle prévoit d’exploiter industriellement la 4e génération à l’horizon des années 2030 et a déjà lancé la construction d’un démonstrateur de réacteurs à neutrons rapides et d’un démonstrateur d’un réacteur à haute température.

L’électronucléaire est au coeur de la stratégie de développement économique de la Chine qui doit répondre à une demande énergétique croissante. Elle s’explique par une élévation du niveau de vie, une augmentation de la population et de l’urbanisme [1]. En parallèle, la Chine s’est engagée dans une transition énergétique et industrielle pour réduire l’impact environnemental de ses activités  industrielles, tant pour résoudre les problèmes de pollution actuels que pour respecter ses engagements internationaux pris dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.

La suite du dossier

ax6a4726_resize.jpg

Comme la France, la Russie s’est depuis longtemps engagée dans la stratégie de fermeture du cycle du combustible nucléaire, dont l’un des éléments clés est le développement des...

msr_hd_v3.jpg

Les réacteurs à sels fondus (RSF) représentent un concept original où le combustible est dissous dans un sel fondu.