5/9 – Tensions et tiraillements : les Français face au nucléaire - Sfen

5/9 – Tensions et tiraillements : les Français face au nucléaire

Publié le 12 mars 2018 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • EDF
  • Société

Le nucléaire est un défi permanent pour les études d’opinion. Comme pour tous les sujets qui sont à la fois complexes et éloignés des préoccupations quotidiennes, les réponses aux enquêtes varient considérablement selon les formulations choisies et l’ordre des questions. Cette fragilité est maximale lorsqu’on demande aux interviewés d’exprimer une opinion de principe, de type référendaire, « pour » ou « contre », qui est évidemment très tentante pour produire un résultat médiatiquement avantageux mais qui, en réalité, place une bonne partie de l’échantillon interrogé dans une situation de malaise. Dès lors, comment évaluer la position des Français à l’égard du nucléaire ? Et, au-delà de la méthodologie, quels sont les critères qui déterminent le soutien et/ou la désaffection à telle ou telle énergie ? Décryptage.

Le poids de l’indécision

Le cas du nucléaire est emblématique : seuls quatre Français sur dix déclarent s’intéresser au sujet, et encore de façon modérée pour la plupart (« assez » : 31 %), seuls 11 % s’y intéressant « beaucoup » 1. Ces 11 % ne s’intéressent d’ailleurs pas spécifiquement au nucléaire : ils s’informent davantage sur tous les sujets, appartiennent plus souvent aux catégories supérieures, s’intéressent davantage à la politique.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux adhérents de la SFEN. Pour lire la suite et avoir accès à l’ensemble de nos archives, abonnez-vous à la Revue Générale Nucléaire.

Par Didier Witkowski, Directeur des études d’EDF

  • EDF
  • Société