4/7 – La chimie, un levier pour l’avènement des réacteurs de quatrième génération - Sfen

4/7 – La chimie, un levier pour l’avènement des réacteurs de quatrième génération

Publié le 19 janvier 2018 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • Chimie
  • Réacteur de 4e génération

Les six types de réacteurs de quatrième génération ont la particularité d’utiliser des fluides caloporteurs différents de l’eau utilisée sur les réacteurs de deuxième ou troisième génération. Du point de vue de la chimie, cette utilisation pose alors deux défis. Le premier est la nécessité de trouver des matériaux de structure capables de fonctionner pendant soixante ans dans les gammes de température, pression et d’irradiation requis avec ce fluide. Le second est la nécessité de gérer la chimie du fluide lui-même, avec une mention spéciale pour les réacteurs à sels fondus où il faut gérer la chimie très complexe d’un coeur fondu dans un sel caloporteur. Apporter des réponses à ces défis est un axe de recherche très important en vue d’un développement futur de ce type de réacteurs.

Un réacteur se construit avec des matériaux éprouvés et utilise un fluide caloporteur dont on peut maîtriser la chimie en situation normale et accidentelle. La chimie est donc un élément important pour tous les réacteurs de quatrième génération qui utilisent des fluides caloporteurs innovants.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux adhérents de la SFEN. Pour lire la suite et avoir accès à l’ensemble de nos archives, abonnez-vous à la Revue Générale Nucléaire.

Par Joël Guidez, CEA, responsable scientifique du segment GEN IV Céline Cabet et Jean-Louis Courouau, CEA, experts séniors matériaux, Daniel Heuer, Elsa Merle-Lucotte, Michel Allibert et Axel Laureau, CNRS

  • Chimie
  • Réacteur de 4e génération