4/10 – Le contrôle non destructif, de la médecine à l’industrie - Sfen

4/10 – Le contrôle non destructif, de la médecine à l’industrie

Publié le 29 janvier 2021 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • Industrie française
  • Sciences nucléaires
  • Transfert de technologies
shutterstock_1663425670

Le contrôle non destructif (CND), qui a pour objectif d’évaluer un matériau sans en altérer la structure, n’est pas uniquement employé dans le secteur nucléaire. Mais celui-ci, par ses exigences de sûreté particulièrement élevées, dispose d’un savoir-faire exceptionnel dont les autres industries bénéficient pleinement.

Les CND sont présents dans de nombreuses industries aux forts enjeux de sûreté et de sécurité comme le nucléaire, le génie civil, les transports (ferroviaire et aéronautique), la pétrochimie ou la métallurgie. L’intérêt du contrôle non destructif est de s’assurer de la qualité d’une pièce produite, d’observer le bon vieillissement d’une structure ou de vérifier qu’une pièce reçue possède les caractéristiques attendues par son commanditaire. Le CND intervient à toutes les étapes de la vie d’une pièce manufacturée : de sa production à son utilisation en passant par sa maintenance. Il offre une réponse pratique et moins coûteuse qu’une dissection détruisant complètement un objet, qui demande des efforts considérables à produire.


L’aéronautique fait souvent appel aux CND pour vérifier la qualité des pièces produites, installées avant utilisation



Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux adhérents de la SFEN. Pour lire la suite et avoir accès à l’ensemble de nos archives, abonnez-vous à la Revue Générale Nucléaire.

Par Yonas Hassnaoui, stagiaire – projet, Sfen – Photo © Take Photo – Dans les sciences du vivant, les rayons X sont une forme de CND. Ici, examen d’une radio.

  • Industrie française
  • Sciences nucléaires
  • Transfert de technologies