25.06.2018

3/8 - La « refonte » des composants métalliques

fabrication_metallique_2.jpg
Par la rédaction

La métallurgie a fait de grands progrès ces dernières années dans la conception des pièces métalliques, des plus grandes aux plus petites, des plus simples aux plus complexes. Appuyées par une innovation foisonnante, de nouvelles méthodes de fabrication ont émergé, en particulier autour de la métallurgie des poudres, via la compaction isostatique à chaud et la fabrication additive. En parallèle, les procédés plus traditionnels tel que le forgeage ont aussi bénéficié d’avancées technologiques et numériques. Si d’autres industries de pointe, comme l’aéronautique ou l’industrie pétrolière et gazière, ont engagé ce virage il y a plusieurs années, l’industrie nucléaire rattrape désormais son retard et bénéficie de leur retour d’expérience.

Trois méthodes à l’étude

La compaction isostatique à chaud

Celle-ci consiste à insérer de la poudre métallique dans un conteneur en tôle de la forme de la pièce à fabriquer. Le conteneur, fermé, est rempli de poudre tassée. L’ensemble est ensuite mis dans une enceinte sous haute température (plus de 1 000°C)

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.

La suite du dossier

travailleur_du_futur.jpg

De nombreuses technologies se déploient progressivement dans le quotidien des opérateurs. Des outils industriels conçus pour être au service des femmes et des hommes, et non l...

Delphine-Gény-Stephan.jpg

A l’occasion de la troisième édition du World Nuclear Exhibition, la rédaction est allée à la rencontre de Delphine Gény-Stephann, Secrétaire d’État auprès du ministre de l...