21.09.2021

En 2021, le Stand Up for Nuclear s’invite à Lyon et à Paris

montage_photos_stand_up_monde_2020.jpg
Stand up for nuclear,
Voix du Nucléaire,
Opinion publique
La rédaction Sfen - Crédit photo ©Voix du Nucléaire

Cette année, le Stand Up for Nuclear se tiendra à Lyon le 25 septembre et à Paris le 9 octobre[1]. Organisé en France par l’association les Voix du Nucléaire, l’évènement vise à souligner, auprès du grand public, les apports de l’énergie nucléaire notamment en matière de lutte contre le changement climatique.

Stand Up for Nuclear est un événement qui vise à attirer l’attention du grand public sur les qualités, en particulier comme outil de décarbonation et de lutte contre le réchauffement climatique, de l’énergie nucléaire. Il est organisé aux quatre coins du monde par différentes associations qui se coordonne via la structure Stand Up for Nuclear. « Nous nous consultons afin de mettre en place des actions pédagogiques : par exemple convertir le débit de dose en consommation de bananes, un fruit naturellement radioactif », explique Paris Ortis-Wines, directrice de Stand Up for Nuclear. « Cette année, les Stand Up for Nuclear ont commencé en juin et se poursuivent jusqu’à fin octobre. Il y a encore près d’une trentaine d’événements prévus ce mois-ci pour au total 25 pays concernés, 68 villes, 74 Stand Up for Nuclear et 7 événements en ligne. L'édition bruxelloise était le premier événement international depuis 2018 et a rassemblé près de 300 participants ».

La perception du grand public des sujets aussi techniques que sont l’énergie nucléaire, le réchauffement climatique ou le système électrique, n’est pas toujours en phase avec la réalité.

capture_barometre_energie_2021.png
EDF, Baromètre des énergies 2021, ©Sfen

En témoigne le baromètre des énergies d’EDF, réalisé début 2021, décrypté ici[2], qui montre que les Français voient le nucléaire comme une énergie disponible, performante, créatrice d’emploi mais sous-estiment son poids en tant qu’énergie bas carbone et surestiment ses impacts sur l’environnement. Les conclusions de l’étude BVA[3], réalisée en 2019 pour Orano, allaient également dans ce sens.

Découvrez l’avis de la Sfen sur l’impact de la production d’énergie nucléaire sur la biodiversité[4].

Stand Up for Nuclear, un événement pensé pour les citoyens

Le Stand Up for Nuclear, tout comme l’association Voix du nucléaire, est né de la volonté de corriger les distorsions entre la réalité des faits et l’opinion publique. « La genèse remonte au Nuclear Pride Fest en 2018 à Munich. L’idée était alors de mobiliser les citoyens acteurs du nucléaire pour qu’ils s’expriment dans l’espace public et qu’ils partagent leurs savoirs concernant l’énergie nucléaire », se souvient Myrto Tripathi, présidente et fondatrice de l’association Voix du Nucléaire. « Néanmoins, pour inclure les nombreux citoyens n’ayant aucun lien avec l’industrie nucléaire souhaitant participer, il a été décidé de rebaptiser l’événement Stand Up for Nuclear ». En 2019, la première édition s’est déroulée dans 30 villes de 19 pays. En 2020, l’événement prenait place dans 67 villes de 28 pays. Cette année encore, les événements se multiplient avec des Stand Up for Nuclear en Allemagne, en Belgique, en Italie, au Canada, aux Etats-Unis, en Estonie, en France, etc. Pour la première fois, l’édition française comprend deux événements, l’un à Paris et l’autre à Lyon.

« L’appellation « les Fê(ai)tes du Nucléaire » pour cette édition fait à la fois écho au caractère pédagogique et positif de l’événement tout en alertant sur l’urgence des décisions à prendre en faveur du climat, de l’approvisionnement électrique et de la souveraineté industrielle, rebondit Myrto Tripathi. Nous sommes des lanceurs d’alerte du nucléaire, nos bénévoles sont là pour prévenir et partager une bonne nouvelle : le nucléaire est une partie importante de la solution contre le changement climatique ».

Une période charnière pour le nucléaire

« L’objectif de Stand Up for Nuclear est d’aller au contact du grand public, partout dans le monde, afin de discuter et d’offrir des éléments de compréhension des enjeux, rappelle Boris Hombourger, coordinateur de l’événement. Ce sont des enjeux mondiaux, en particulier sur le sujet du réchauffement climatique. La taxonomie européenne[5] impactera, en termes d’image mais également de compétitivité, le nucléaire français, européen et même mondial ». En France de nombreuses décisions sont attendues pour 2022, que ce soit celles de la construction de nouveaux réacteurs, du stockage en profondeur avec Cigéo ou de l’exploitation au-delà des 40 ans du parc nucléaire historique. C’est pourquoi, à l’approche des grandes décisions, « porter la parole citoyenne favorable au nucléaire en France, qui reconnaît les bénéfices qu’il apporte à la société depuis des décennies et qui reconnaît l’énergie nucléaire comme une partie de la solution pour sortir des énergies fossiles, est essentiel », résume Florent le Goux, éditeur en chef de Voix du Nucléaire. « L’objectif est d’expliquer, de mettre en avant les faits pour permettre au plus grand nombre de se construire un avis personnel et non pas formaté sur le nucléaire. Le grand public a longtemps été désinformé sur un sujet complexe, il y a donc un travail pédagogique à faire, et tous les travailleurs de la filière peuvent y contribuer. »

Rendez-vous le 25 septembre, place Carnot à Lyon et le 9 octobre à Paris, place de la République.

[1] https://www.voix-du-nucleaire.org/stand-up-2021/

[2] https://www.sfen.org/rgn/face-opinion-nucleaire-reprend-couleurs

[3] https://www.bva-group.com/sondages/francais-nucleaire-sondage-bva-orano/

[4] https://new.sfen.org/avis/impact-de-la-production-denergie-nucleaire-sur...

[5] https://www.sfen.org/rgn/taxonomie-groupes-experts-emettent-avis-favorab...