27.11.2018

A Taiwan, les écologistes pro-nucléaires remportent une victoire décisive

taipe.jpg
Par la rédaction

A 59 % des votants, les Taiwanais ont rejeté dans un référendum la politique d’arrêt du nucléaire du gouvernement.

L’île de Taiwan, peuplée de 23 millions d’habitants, dispose de 4 réacteurs opérationnels, fournissant 15 % de la production d’électricité du pays.

En janvier 2016, Taïwan avait vu la victoire d’un parti ouvertement anti-nucléaire, le DPP. Leur position défavorable à l’énergie nucléaire était alors en partie à l’origine de son succès électoral. Rapidement, un programme d’arrêt du nucléaire était mis en œuvre. Tout réacteur devrait être arrêté avant 2025.

Ce scénario pourrait toutefois ne pas se dérouler comme prévu. Shih-Hsiu Huang, un militant « pro-démocratie » et pro-nucléaire, connu sur l’île, s’est emparé de la loi électorale et de la possibilité de conduire une pétition. Objectif : réunir suffisamment de signatures pour organiser un référendum en vue de réorienter la politique gouvernementale.

Pendant six mois, avec d’autres militants pro-climat, rejoints en août dernier par l’ancien Président taiwanais, il a recueilli pas moins de 315 000 signatures. Un total supérieur aux 282 000 signatures nécessaires pour l’organisation d’un référendum.

Le vote s’est donc déroulé le 24 novembre 2018, demandant aux citoyens de se prononcer sur l’abrogation du paragraphe 1 de l’article 95, de l’acte sur l’électricité, stipulant que « toute installation nucléaire génératrice d’électricité doit complètement cesser ses opérations d’ici 2025 ».

Le succès a été au rendez-vous. Avec 5 895 560 voix, ce sont 59 % des votants qui se sont exprimés en faveur de l’abandon de la clause antinucléaire.

Les événements des derniers mois dans l’île ont été déterminants dans ce résultat. En juin 2018, le gouvernement avait dû redémarrer en urgence un réacteur nucléaire pour répondre à une demande exceptionnelle d'électricité dans un contexte de canicule. L’île avait alors battu un record de consommation d’électricité. En 2017, le pays connaissait aussi une coupure d'électricité (ou blackout) sans précédent, impactant sept millions de foyers, et menaçant l’industrie des semi-conducteur, vitale pour l’économie du pays.

A la suite de cette victoire, Shih-Hsiu Huang a informé qu’il « demanderait immédiatement au gouvernement de démarrer les réacteurs à l’arrêt et d’étendre la durée d’exploitation des autres ». Affaire à suivre.