15.10.2019

De Paris à Taiwan, un Stand-Up international pour l’énergie nucléaire

environmentalprogressnewyorknuclearcleanpowerpledgemichaelshellenbergerericmeyer.jpeg
La rédaction (SFEN)

A l’initiative de plusieurs associations écologistes, ce dimanche 20 octobre, en simultané dans 32 villes dans le monde, des rassemblements citoyens et populaires permettront d’échanger sur l’importance de l’énergie nucléaire pour le développement humain, la santé et le climat.

A l’heure des Marches pour le climat, les éco-modernistes, tenants d’une écologie réconciliée avec la science et l’idée de progrès, organisent une grande manifestation populaire pour mettre en avant les atouts de l’atome dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Le 20 octobre, de la Californie à Taiwan, en passant par Paris et Berlin, des bénévoles seront présents pour répondre aux interrogations des passants. Banderoles, stands, mascottes et chansons rythmeront une journée qui se veut volontairement bon enfant.

capture_stand_up_for_nuclear.jpg

L’initiative a été lancée par Environnemental Progress, une organisation américaine œuvrant pour sortir l’humanité de la pauvreté et la sauvegarde de l’environnement, en collaboration avec la Nuclear Pride Coalition, composée d’ONG environnementales pro-nucléaires dont Saving Our Planet, l’Association des écologistes pour le nucléaire et les Voix du nucléaire. A rebours des « verts » traditionnels, ces bénévoles ne s’engagent pas contre mais pour quelque chose : remettre sur le devant de la scène une technologie bas carbone indispensable pour le devenir de notre planète.

Pour en savoir plus, la rédaction de la RGN a interviewé Michael Shellenberger, Président d’Environnemental Progress

photo_mike_stand_up.jpg

Comment est née l’idée de faire un stand-up en simultané dans plus d’une trentaine de villes dans le monde ?

En fait, l’idée est venue d’un des membres de notre organisation. Ce dernier ne pouvait pas se rendre au rassemblement initial prévu à Paris le 20 octobre. Il nous a alors demandé s’il pouvait faire quelque chose pour soutenir l’initiative dans sa propre ville. Lorsque nous avons présenté l’idée aux autres membres, nous avons découvert que beaucoup étaient motivés pour organiser un stand-up localement. A partir de ce constat, nous avons rapidement élargi notre perspective pour en faire un évènement à l’échelle du monde.

Quelles ont été les enseignements des manifestations de la Nuclear Pride Fest de Munich (octobre 2018) et de Bruxelles (avril 2019) ?

Nous avons appris que notre mouvement est plus fort lorsqu'il inclut l’ensemble des personnes qui travaillent dans le secteur nucléaire. Les sympathisants et les associations écologistes pronucléaires sont bien sûr à l’origine du stand up, mais ceux qui incarnent cette technologie au quotidien sont notre véritable richesse.  En France, la filière nucléaire rassemble 220 000 femmes et hommes, c’est aussi à eux que nous nous adressons.

Depuis quelques mois les lecteurs français vous découvrent dans la presse grand public. Sentez-vous un changement de perspective des journalistes sur la relation entre le nucléaire et le climat ?

Nous sommes très heureux que les termes du débat puissent évoluer. Après tout, les Français ne semblent pas avoir peur du nucléaire contrairement à leurs voisins allemands. Néanmoins beaucoup continuent de croire, à tort, que le nucléaire participe au réchauffement climatique ou que les éoliennes et les panneaux solaires ne produisent pas de déchets et n’ont aucun impact sur l'environnement. L’opinion publique commence à s’interroger, un certain nombre de rapports internationaux soulignent l’importance de l’énergie nucléaire pour remplir nos objectifs climatiques. Il est intéressant de voir la perspective des journalistes français changer face à toutes ces nouvelles données disponibles.

 

Michael Shellenberger sera présent au rassemblement parisien qui se déroulera à partir de 10h et jusqu’à 17h, Place Joachim du Bellay dans le 1er arrondissement.