11.06.2019

La Finlande vise la neutralité carbone d'ici 2035

ol3_controlroom_002.jpg
Traduit de CNN

La Finlande sera neutre en carbone d'ici 2035 dans le cadre d'un plan annoncé par le nouveau gouvernement de coalition du pays. Le nucléaire continuera de fournir à la Finlande une énergie à faible émission de carbone dans le cadre de ce plan.
 

Après plus d'un mois de négociations, la Finlande s'est mise d'accord sur un nouveau gouvernement à cinq partis. Le nouveau gouvernement comprend 19 ministres : sept du parti social-démocrate, cinq du parti du centre, trois des verts, deux de l'alliance de gauche et deux du parti populaire suédois. Le premier ministre est Antti Rinne du parti social-démocrate. Le 4 juin, le nouveau gouvernement a publié ses mesures dans un document intitulé "Une Finlande inclusive et compétente", une société durable sur les plans social, économique et écologique.
 

Le document note que la Finlande a déjà réduit ses émissions de plus de 21% par rapport aux niveaux de 1990 et atteindra rapidement les objectifs climatiques de l'UE de 2020. Toutefois, il déclare que pour atteindre l'objectif de 1,5 degré, le pays devra limiter davantage ses émissions. "Le gouvernement agira de manière à rendre la Finlande neutre en 2035 et à présenter des émissions de dioxyde de carbone négatives peu de temps après", a-t-il déclaré. "Ceci est réalisé en accélérant les mesures de réduction des émissions et en renforçant les puits de carbone."
Le gouvernement a déclaré qu'il continuerait à poursuivre la coopération nordique en matière de climat et d'énergie afin de parvenir à la neutralité vis-à-vis du climat et de "renforcer le leadership commun dans la politique climatique internationale". Il a indiqué qu'il déciderait des mesures supplémentaires nécessaires pour que la voie de réduction des émissions corresponde à l'objectif de neutralité climatique d'ici 2035.
La loi finlandaise sur le climat sera mise à jour, a déclaré le gouvernement, fixant des objectifs de réduction des émissions pour 2030 et 2040 "correspondant à l'évolution de la neutralité climatique". Il évaluera son objectif de neutralité climatique en 2025. "L'évaluation tiendra compte, entre autres, des informations scientifiques les plus récentes, des développements technologiques, des engagements de réduction des émissions d'autres pays et des possibilités de flexibilité internationale".
Le document politique indique que les solutions pour atteindre la neutralité carbone seront évaluées "sur la base de leur efficacité et de leur rapport coût efficacité, et en tenant compte des différences régionales et des effets sur l'emploi".

Le gouvernement doit nommer un groupe de travail ministériel chargé de se concentrer sur les questions climatiques et énergétiques et de préparer la politique climatique dans son ensemble.
Le document de politique demande que la production d'électricité et de chaleur en Finlande soit "pratiquement exempte d'émissions avant la fin des années 2030". Cependant, il dit que cela doit prendre en compte "la préparation de l'approvisionnement et la sécurité de la livraison".
La Finlande avait déjà décidé de mettre fin à son utilisation de charbon en tant que source d’énergie d’ici à mai 2029. L’utilisation de la tourbe comme principale source d’énergie devrait cesser au cours des années 2030 et son utilisation pour le chauffage au fioul devrait être progressivement éliminée. début des années 2030.
"L'électrification de la société et l'intégration de divers systèmes énergétiques (pour l'électricité, le chauffage et les transports) nécessitent une augmentation significative de la production d'énergie renouvelable", indique le document.
 

S'agissant de l'énergie nucléaire, l'attitude vis-à-vis du renouvellement des autorisations d'exploitation des réacteurs existants "est positive, à condition que l'Autorité de sûreté nucléaire et de radioprotection les recommande".
La Finlande dispose actuellement de quatre réacteurs de puissance en exploitation : deux à Loviisa et deux à Olkiluoto. Les deux réacteurs à eau sous pression VVER de Loviisa sont autorisés à fonctionner respectivement jusqu'en 2027 et 2030. Les deux réacteurs à eau bouillante d’Olkiluoto sont autorisés à fonctionner jusqu’à la fin de 2038. 

Quant au premier réacteur finlandais, Olkiluoto 3, il devrait entrer en service commercial l'année prochaine, tandis que la première unité VVER-1200 de la nouvelle usine de Hanhikivi devrait entrer en service en 2028. Arto Räty, directeur des relations publiques et de la communication chez Fortum - propriétaire et exploitant de l'usine de Loviisa - a salué les mesures prises par le nouveau gouvernement. "Dans le secteur de l'énergie, nous sommes prêts à relever le défi: nous travaillons chaque jour sur de nouvelles solutions à faibles émissions, qu'il s'agisse de production d'électricité ou de chaleur, d'économie circulaire ou de services d'efficacité énergétique domestiques", a-t-il déclaré. "Nous sommes heureux de constater à quel point le programme gouvernemental reconnaît le rôle essentiel de l'électricité à l'avenir. L'électrification généralisée de la société, telle que le chauffage, les transports et l'industrie, est d'une grande importance pour la réalisation des objectifs climatiques".