10.03.2017

Fukushima 2017 : état des lieux et perspectives

Fukushima - état des lieux et perspectives
Par la rédaction

Six ans après l’accident, la SFEN dresse un état des lieux de la situation sur place (santé des populations et des travailleurs du nucléaire, démantèlement des installations accidentées, décontamination des territoires) et présente les perspectives pour les années à venir.

Le 11 mars 2011 en début d’après-midi, environ 6 500 personnes, salariés de l’exploitant TEPCO et de ses entreprises partenaires, sont présentes sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi[1] lorsque celle-ci est touchée d’un tremblement de terre suivi d’un tsunami. La centrale, gravement endommagée, a relâché d’importantes quantités d’effluents radioactifs, nécessitant l’évacuation de près de 146 000 habitants.

Six ans après l’accident, le plan d’action déployé par TEPCO, exploitant de la centrale, pour assainir le site, évacuer les combustibles nucléaires stockés dans les piscines des réacteurs accidentés, gérer l’eau contaminée et les déchets a progressé, même si beaucoup reste à faire. La récupération des combustibles nucléaires fondus (« coriums ») demandera de nombreuses années et sera d’autant plus complexe que la preuve d’un percement des cuves des trois réacteurs (1, 2 et 3) a été apportée et que les coriums semblent s’être déposés sur les radiers, sous les cuves des réacteurs.

Le programme de décontamination des territoires continu, permettant le redémarrage de l’activité économique et le retour progressif des populations. Dans les prochains mois, le retour des populations pourrait s’accélérer avec l’arrêt des aides pour les personnes déplacées issues de territoires décontaminés et rouverts.

Avec l’arrêt provisoire de ses réacteurs nucléaires[2], le Japon produit l’essentiel de son électricité (87%[3]) à partir d’énergies fossiles. La hausse des émissions de CO2 a même conduit le Japon à sortir de la trajectoire fixée par le Protocole de Kyoto[4].

Fin 2015 à la COP 21, le Japon a affirmé vouloir réduire de 26 % ses émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 2013[5]. Pour parvenir à cet objectif, le gouvernement mise sur les énergies bas carbone. En 2030, les énergies renouvelables pourraient ainsi représenter jusqu’à 23 % du mix électrique et l’énergie nucléaire 21%.
 

1.

La centrale de Fukushima Daiichi compte 6 réacteurs. Le tsunami a détruit le système de refroidissement de 3 réacteurs.

2.

Avant mars 2011, le Japon exploitait 54 réacteurs nucléaires. Aujourd’hui, 12 unités sont définitivement arrêtées.

3.

Agence d'information sur l'énergie des Etats-Unis (2015)

4.

Le Japon s’est désengagé du prolongement du Protocole de Kyoto portant sur la période 2013-2020.

5.

Ces objectifs ont été affirmé à la dans la contribution du Japon (Submission of Japan’s Intended Nationally Determined Contribution - INDC)

La suite du dossier

fukushima_lenergie_nucleaire_au_japon.jpg

Pour respecter ses engagements climatiques, le gouvernement prévoit de produire 44 % de son électricité à partir de sources bas carbone. 

fukushima_impact_radiologique_de_laccident.jpg

Les études ne montrent pas pour l’instant de lien entre les retombées radioactives et l’incidence des cancers de la thyroïde.