Patram 2023 : pas d’essor du nucléaire sans une filière de transport performante et sûre - Sfen

Patram 2023 : pas d’essor du nucléaire sans une filière de transport performante et sûre

Publié le 19 juin 2023
  • ASN
  • combustible
  • emballage
  • IRSN
  • nucléaire
  • Orano
  • Transports

Du 12 au 16 juin 2023, 700 participants, issus de près de 30 pays, se sont retrouvés lors de la conférence internationale Patram (Packaging and transportation of radioactive materials)[1]. Tous les trois ans, cet événement réunit les industriels de la filière emballages et transports nucléaires, les autorités compétentes de chaque pays.

À l’heure où l’on parle de relance du nucléaire, le message fort gouvernant l’édition 2023 de Patram fut « Sans transport, pas de nucléaire ». Selon l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), environ 770 000 transports de substances radioactives ont lieu chaque année en France. Cela correspond à environ 980 000 colis. Cela ne représente que quelques pour cent du total des colis de marchandises dangereuses transportés chaque année.

Les transports nationaux sont réalisés par voie routière ou ferroviaire. À noter que le mode ferroviaire est de plus en plus privilégié, lorsque cela est possible, dans le cadre de la décarbonation des transports. Pour l’international, les modes maritimes et aériens peuvent être également utilisés. Seulement une très faible part des colis présente de très forts enjeux de sûreté. D’une manière générale, les plus importants volumes concernent l’amont du cycle (uranates, UF6…). L’aval du cycle (combustibles usés, matières recyclées) ne représente qu’un petit volume, mais demande beaucoup de technologie en matière d’emballages.

Le numérique au service des déchets

« D’un point de vue plus technique, le transport de matières radioactives est certainement l’un des domaines le plus en pointe sur les évolutions technologiques », juge Jean-Christophe Niel, Directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Il a indiqué par exemple que les jumeaux numériques sont aujourd’hui presque devenus une réalité dans le domaine des transports. Même si leur utilisation dans des démonstrations de sûreté, en remplacement des essais de chute, n’est pas encore acquise.  Il s’agit de pouvoir évaluer numériquement, à partir d’un même modèle, des mouvements décimétriques d’ensemble d’un emballage pouvant peser plus de 100 tonnes, ainsi que le glissement de quelques millimètres d’un joint d’étanchéité de quelques grammes.

D’autres évolutions auront aussi un impact sur la fabrication des emballages de transport, avec des nouveaux matériaux tels que les mousses ou matériaux composites, les nouveaux procédés de fabrication tels que les procédés additifs, les nouvelles techniques de contrôle et d’exploitation de leurs résultats… Ces évolutions entraîneront des besoins nouveaux et importants en ressources humaines, en connaissances et en compétences dans la conception, la fabrication et l’exploitation de ces emballages.

De nouveaux produits, de nouveaux services

En la matière, Philippe Knoche, Directeur général d’Orano, a mentionné l’innovation technique représentée par l’emballage de nouvelle génération de type, dit « Dual Purpose » (double usage) pour le transport et entreposage du combustible usé. Baptisé TN Eagle, cet emballage est fabriqué avec un procédé innovant, sans soudure, et avec sept fois moins de composants que les emballages actuels. Cela permet d’optimiser le procédé de fabrication et de maintenance tout en présentant une grande robustesse.

Philippe Knoche a également mentionné une offre de services innovante proposée par Orano NPS pour l’industrie nucléaire. Elle consiste en la formation d’un groupe de location-partage d’emballages dédié au transport d’uranium enrichi (UF6).  Ce nouveau service apporte une gestion simplifiée et compétitive pour les opérations de transport, grâce à la mutualisation de la flotte dimensionnée pour répondre aux besoins et aux pics de charge. Le service comprend également la mise en place de centres de gestion de flotte centralisés pour les inspections, la maintenance et la recertification. Enfin, le package inclut un service spécialisé pour garantir la continuité des agréments et la disponibilité des emballages. Le fabricant de combustibles japonais MHI vient de rejoindre ce groupe de partage. Ce service est destiné à être proposé à l’ensemble des clients d’Orano NPS à travers le monde.

Une filière attractive

Durant le symposium, l’attractivité de la filière a été rappelée. En effet, dans le domaine du développement d’emballages, les temps d’innovation et de certification sont plus courts (environ dix ans) que dans le domaine du développement des réacteurs. C’est une activité très concrète. L’activité Emballages et Transports nucléaires représente un observatoire unique sur la connaissance du cycle nucléaire et constitue une porte d’entrée dans la filière pour de nombreux ingénieurs et techniciens, jugent les spécialistes du domaine. ■

Par la Sfen

Photo : conférence d’ouverture de Patram 2023 – ©Sfen

[1] Conférence internationale organisée par le World Nuclear Transport Institute (WNTI), organisation internationale représentant l’industrie du transport de matières radioactives et l’Institute of Nuclear Material Management (INMM) en partenariat avec l’IRSN, Orano et la Sfen.

  • ASN
  • combustible
  • emballage
  • IRSN
  • nucléaire
  • Orano
  • Transports