L’îlotage : ce qui se joue lorsqu’un réacteur est brutalement coupé du réseau - Sfen

L’îlotage : ce qui se joue lorsqu’un réacteur est brutalement coupé du réseau

Publié le 29 avril 2024
  • Ilotage
  • sûreté nucléaire

Fin 2023, la tempête Ciaran balaie violemment la France et rompt la ligne d’évacuation de la centrale de Flamanville, nécessitant l’îlotage des deux tranches alors en fonctionnement. Retour sur ce « transitoire » dont la maîtrise est essentielle à la sureté nucléaire.

Le principal inconvénient de l’énergie électrique réside dans la difficulté du stockage. La quantité d’énergie fournie au réseau électrique principal doit être toujours équivalente à la quantité consommée pour éviter de compromettre le fonctionnement du réseau. Si la consommation dépasse la production, le déficit d’énergie sera temporairement compensé par l’inertie des machines tournantes alimentant le réseau (les groupes turbo-alternateurs) : la vitesse de rotation des machines diminuera ainsi que la fréquence du réseau, en s’éloignant de la valeur de consigne de 50 Hz.

Évidemment, des systèmes de régulations automatiques sont mis en place par les producteurs d’électricité pour assurer à la fois le suivi de charge et la stabilité du réseau électrique, c’est-à-dire le maintien de la fréquence et de la tension aux valeurs de consigne. Cependant, un défaut affectant le réseau électrique principal (un court-circuit, un coup de foudre, la déconnexion inopinée d’une partie du réseau, etc.) peut induire des perturbations brutales de fréquence et de tension. Cela constitue un sérieux problème non seulement pour les utilisateurs finaux de l’énergie électrique, mais aussi pour les installations qui la produisent, tranches nucléaires y compris. Dans une tranche nucléaire du parc français, les pompes du circuit primaire et les autres systèmes auxiliaires sont alimentés directement par le réseau électrique principal.

Une réduction de la fréquence  du réseau induit donc une réduction de la vitesse de rotation des pompes primaires et une baisse du débit primaire (qui assure le refroidissement du coeur). Afin de protéger la tranche nucléaire et éviter son arrêt, un ordre d’« îlotage » est donc généré  automatiquement par son système de contrôle commande  en cas de fortes perturbations sur le réseau électrique principal.

Déroulé d’un îlotage

Un îlotage consiste en la déconnexion de la tranche du réseau électrique par ouverture du disjoncteur de ligne reliant le groupe turbo-alternateur au réseau. L’alimentation électrique des pompes primaire et des autres auxiliaires est alors assurée directement par l’alternateur de la tranche et
non plus par le réseau.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux adhérents de la SFEN. Pour lire la suite et avoir accès à l’ensemble de nos archives, abonnez-vous à la Revue Générale Nucléaire.

Par Paolo Olita, ingénieur d’étude au CEA Iresne (Institut de recherche sur les systèmes nucléaires pour la production d’énergie bas carbone).

Photo © EDF / Antoine Soubigou – Alexis Morin I Centrale nucléaire de Flamanville avec au premier plan l’EPR et au second plan les unités 1 et 2.

 

  • Ilotage
  • sûreté nucléaire