L’EPR Taishan 1 redémarre - Sfen

L’EPR Taishan 1 redémarre

Publié le 23 août 2022 - Mis à jour le 25 août 2022
  • Chine
  • EPR
  • Taishan

Un an après son arrêt (fin juillet 2021) au cours de son deuxième cycle d’exploitation, le réacteur n°1 de Taishan a de nouveau été couplé au réseau électrique chinois le lundi 15 août 2022. Ce redémarrage fait suite à une dernière inspection favorable de l’Autorité de sûreté nucléaire chinoise fin juillet 2022. Le retour d’expérience de l’EPR de Taishan va bénéficier à l’EPR Flamanville.

Le cœur du réacteur de l’EPR, le plus puissant au monde, comporte 241 assemblages de combustible qui eux-mêmes comptent chacun 265 crayons. La gaine de ces crayons constitue la première barrière de confinement. Si celle-ci n’est plus intègre, des gaz issus des réactions de fission sont alors détectés et l’activité dans le circuit primaire doit alors faire l’objet d’une surveillance renforcée. À Taishan, de tels phénomènes ont été identifiés. Bien que l’activité soit restée en deçà des seuils des spécifications techniques d’exploitation, l’exploitant TNPJVC avait arrêté le réacteur n°1 le 31 juillet 2021 afin de rechercher les causes de défauts de gainage du combustible. Les échanges techniques continus entre EDF et l’exploitant chinois TNPJVC, appuyés par le concepteur Framatome, ont permis de converger sur l’analyse des causes de l’augmentation d’activité du fluide primaire observée sur le réacteur n°1 de Taishan.

Les observations pendant l’arrêt

Les observations effectuées lors de cet arrêt ont mis en évidence la rupture par corrosion sous contrainte de ressorts de grilles en extrémité inférieure de certains assemblages de combustible neufs situés dans les zones de très faible flux neutronique, en périphérie du cœur. Les assemblages périphériques, moins soumis au flux neutronique, n’ont pas bénéficié de l’effet de relaxation des contraintes que procure l’irradiation, permettant ainsi que se développe une corrosion sous contrainte de l’alliage des lames de ressorts. Pour rappel, comme expliqué par la Sfen en janvier 2022, une dizaine de grilles assujettissent les crayons dans l’assemblage, par l’intermédiaire de lames de ressort dont la pression maintient la gaine par contact. Les grilles et les ressorts doivent en particulier empêcher le phénomène de « fretting », déjà observé sur le parc français, c’est-à-dire que le crayon ne vibre sous l’effet des courants hydrauliques engendrés par le débit du circuit primaire au sein du cœur et ne s’use sur ses supports.

Après une dernière inspection favorable de l’Autorité de sûreté nucléaire chinoise fin juillet 2022, Taishan 1 a redémarré sa production électrique le 15 août 2022.

À partir de ce retour d’expérience, EDF et Framatome ont défini plusieurs solutions afin de prévenir la récurrence d’un tel phénomène sur l’EPR Flamanville 3. Pour se prémunir de ce risque, les assemblages qui seront placés en périphérie du premier cœur de Flamanville 3 bénéficieront d’évolutions de conception permettant de réduire leur sensibilité à la corrosion sous contrainte. Ces évolutions sont déjà mises en œuvre sur le parc en exploitation.

Le REX Taishan présenté à la convention Sfen :

La rédaction Sfen

  • Chine
  • EPR
  • Taishan