L’édito de Valérie Faudon, déléguée générale de la Sfen - Sfen

L’édito de Valérie Faudon, déléguée générale de la Sfen

Publié le 19 juillet 2022 - Mis à jour le 24 novembre 2022

Électricité, hydrogène, chaleur : le nucléaire gère  (RGN 3, 2022)

Il existe désormais un consensus mondial quant au rôle de l’électricité pour atteindre la neutralité carbone : elle doit représenter la moitié de l’énergie finale en 2050. Cependant, d’autres vecteurs seront nécessaires pour  décarboner l’économie. Ainsi de l’hydrogène bas carbone, reconnu par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) comme un vecteur énergétique clef pour la décarbonation des transports lourds et de l’industrie. La chaleur bas  carbone sera elle aussi un vecteur essentiel destiné aux besoins en chauffage urbain et à la décarbonation des process industriels. Aujourd’hui, la majorité des réacteurs nucléaires installés à l’échelle mondiale produit uniquement de l’électricité. Mais ils peuvent aussi produire d’autres vecteurs énergétiques, en utilisant une partie de la vapeur qu’ils produisent. L’intérêt de réaliser un tel couplage dépend des besoins (électricité, hydrogène, chaleur) du territoire et des synergies qui pourront être ainsi développées. Ce couplage, pour être optimum, doit être prévu dès la conception des  réacteurs. Les SMR, plus flexibles, sont plus particulièrement adaptés à cette cogénération. Et même, certains nouveaux modèles en développement auront même une vocation purement calogène.

Selon l’OCDE-AEN, l’énergie nucléaire pourrait permettre d’éviter environ 85 Gt d’émissions de CO2 entre 2020 et 2050 au niveau mondial, avec la prolongation des installations existantes et la construction de nouveaux réacteurs  (grandes unités et SMR). Si la production d’électricité représentera la majorité de cette contribution avec 65 Gt de CO2 non émis, la chaleur issue des réacteurs et la production d’hydrogène représentera respectivement 15 et 10 Gt  de CO2 non émis.

Dans son Livre blanc publié en janvier dernier (Acte II, proposition II.3), la Sfen appelle à lancer un programme d’évaluation technique pour l’industrialisation complète des chaines de valeur de production de chaleur et d’hydrogène  via l’énergie nucléaire. Ce programme doit inclure une cartographie des besoins des différents territoires et la réalisation d’un programme de tests et de démonstrations à l’échelle préindustrielle. C’est cela aussi, le nouveau nucléaire.

Valérie Faudon, déléguée générale de la Sfen

Edito RGN 3, mai-juin 2022

Découvrez aussi ...

L’édito de Ludovic Dupin, directeur de l’information de la Sfen et rédacteur en chef ■ RGN #4

L’année 2024 annonce un crescendo d’activités dans le secteur nucléaire en France, actant un peu plus encore la relance de cette énergie. Le grand rendez-vous des mois à venir sera sans conteste la mise en service tant attendue de l’EPR de Flamanville.

Publié le 25 janvier 2024

L’édito de Ludovic Dupin, directeur de l’information de la Sfen et rédacteur en chef ■ RGN #3

RGN #3 - Si en 1973 un programme nucléaire voyait le jour, ce n’est pas moins de quatre programmes qu’il faut compter aujourd’hui et tous les chantiers passionnants à venir sur le cycle du combustible et les projets à l’export. Ne doutons pas que la filière nucléaire saura répondre à ce challenge en levant un à un tous les obstacles sur le chemin. L’un d’eux sera celui des ressources humaines.

Publié le 17 octobre 2023

L’édito de Ludovic Dupin, directeur de l’information de la Sfen et rédacteur en chef ■ RGN #2

RGN #2 - Exploiter dans la durée un réacteur nucléaire de manière sûre est le moyen le plus rapide et le plus économique d’assurer la souveraineté énergétique d’un pays tout en décarbonant son économie, comme le répète à l’envi l’Agence internationale de l’énergie (AIEA).

Publié le 17 juillet 2023