Formations, accompagnement industriel et échanges : les piliers de l’offre française - Sfen

Formations, accompagnement industriel et échanges : les piliers de l’offre française

Publié le 30 juin 2015 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • Arabie Saoudite
  • Ile-de-France
instn

Les acteurs français du nucléaire ont appris de leurs erreurs, notamment en 2009 aux Émirats Arabes Unis. Très tôt, la filière s’est concertée pour présenter un projet cohérent et parler d’une seule voix aux autorités saoudiennes chargées du programme nucléaire. Ce travail d’équipe s’exprime – entre autres – par la tenue d’un bureau commun EDF-AREVA à Riyad composé pour l’essentiel de collaborateurs saoudiens.

Depuis trois ans, « l’équipe de France du nucléaire » travaille sur un plan d’action articulé autour de trois piliers : le développement des compétences des Saoudiens, l’accompagnement industriel des entreprises locales et des échanges entre les deux électriciens Saudi Electric Company (fournisseur unique de l’électricité du pays) et EDF.

Les Saoudiens insistent particulièrement sur le développement des compétences et la France a compris l’exigence. En 2014, une quarantaine de stagiaires saoudiens issus de différentes formations universitaires était accueillie dans les entreprises françaises pendant plusieurs mois. Le succès de l’initiative permettra d’aller encore plus loin cette année : en sus de 30 nouveaux stagiaires accueillis dans les entreprises, 26 autres ont suivi une formation coordonnée par l’Institut international de l’énergie nucléaire (I2EN), avec des cours à l’Institut National des sciences et techniques nucléaires (INSTN) du CEA et des formations à EDF et Areva. Parallèlement, l’I2EN travaille avec ses partenaires académiques aux côtés des universités saoudiennes pour mettre en œuvre de nouvelles formations spécifiques au nucléaire et des modules de cours inclus dans des cursus universitaires.

L’Arabie Saoudite souhaite bâtir une filière industrielle. Pour l’y aider, EDF et AREVA encouragent les entreprises locales à monter en compétences et devenir fournisseurs des industriels français. Les critères de sélection des deux groupes sont présentés à l’occasion de « suppliers day ». Les entreprises françaises se rendent ensuite dans les usines des entreprises pour évaluer l’organisation, les ateliers de fabrication, etc. Puis une sélection permet d’identifier les entreprises les plus motivées. Celles-ci sont réparties en deux groupes « silver » et « gold ». Dans le premier, les entreprises suivent une formation de cinq jours sur les principes généraux du nucléaire. L’accent est mis sur la sûreté : impératifs, équipements, exigences, qualification, préparation, référentiel, etc. La formation « gold » permet aux entreprises saoudiennes de venir en France découvrir les ateliers et usines des partenaires qui travaillent déjà pour EDF et/ou Areva. Enfin, le dernier pilier de l’offre française constitue en des échanges entre Saudi Electric Company et EDF. Dans la perspective d’exploiter des réacteurs, l’électricien saoudien a demandé à EDF-Areva de former 800 ingénieurs et techniciens à la sûreté nucléaire. 32 sessions de deux semaines ont été programmées.

Par la Rédaction

  • Arabie Saoudite
  • Ile-de-France