L’exploitation à long terme des centrales nucléaires aux États-Unis - Sfen

L’exploitation à long terme des centrales nucléaires aux États-Unis

Publié le 31 décembre 2014 - Mis à jour le 28 septembre 2021

Au milieu des années 1990, la Nuclear Regulatory Commission (NRC) a défini le processus réglementaire du renouvellement des licences d’exploitation des centrales nucléaires dans le Code of Federal Regulations (10-CFR Part. 54). Cette règle a permis aux exploitants de prolonger la licence initiale accordée à leurs réacteurs pour 40 ans par des périodes de renouvellement de 20 ans. Les premières demandes ont été soumises à la NRC en 1998, mais les industriels étaient sceptiques quant à la mise en œuvre de cette nouvelle procédure. En effet, le processus initial établi par la NRC dans les années 1970 n’avait pas produit les résultats escomptés.

Tour d’horizon du renouvellement de licence de 40 à 60 ans du parc américain

Au début des années 2000, la NRC a approuvé le renouvellement de licence pour les deux réacteurs de Calvert Cliffs1 et les trois d’Oconee2. Ces deux examens ont alors été menés par la NRC dans les délais. Ce succès réglementaire, combiné à des améliorations significatives pour la sûreté et la performance économique des centrales, a conduit à un flux constant de demandes de renouvellement de licence qui se poursuit aujourd’hui.

À la mi-2014, la NRC a approuvé le renouvellement de licences de 73 réacteurs nucléaires répartis sur 44 sites, représentant plus de 70 % des unités en exploitation aux États-Unis. Sans ce renouvellement, plus de 50 % des réacteurs auraient dû s’arrêter faute de licence. Désormais, la fin d’exploitation programmée de la moitié du parc américain est repoussée aux années 2030. Par ailleurs, les centrales dont la licence arrive à son terme d’ici dix ans ont déjà présenté une demande de renouvellement ou s’y préparent. Si tous les dossiers sont acceptés, le renouvellement de licence évitera la fermeture de centrales aux États-Unis pour expiration de licence jusqu’au début des années 2020.

Malheureusement, certaines centrales ayant obtenu le renouvellement de leur licence pour fonctionner 60 ans ne sont pas allées jusque-là. En décembre 2010, Exelon a annoncé l’arrêt de son réacteur d’Oyster Creek en 2019 après 50 ans de fonctionnement. Selon Chris Crane, Président -d’Exelon Corporation, Oyster Creek3 « fait face à un ensemble unique de conditions économiques et d’évolutions réglementaires environnementales qui font de la fin de l’exploitation en 2019 la meilleure option pour l’entreprise, les employés et les actionnaires. »

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux adhérents de la SFEN. Pour lire la suite et avoir accès à l’ensemble de nos archives, abonnez-vous à la Revue Générale Nucléaire.

Par Garry G. Young, Directeur du Département Nucléaire – Entergy