6. Transmutex, concepteur de réacteur hybride - Sfen

6. Transmutex, concepteur de réacteur hybride

Publié le 24 novembre 2022 - Mis à jour le 5 janvier 2023
  • Innovations
  • réacteur hybride
  • Start-up

L’entreprise Transmutex porte le projet « Start », un réacteur hybride piloté par un accélérateur de particules. Une technologie à fort potentiel de transmutation qui pourra contribuer à décarboner l’économie tout en réduisant le  volume et la radiotoxicité des déchets.

Transmutex, fondée à Genève en 2019, porte un projet de réacteur hybride dont la technologie est également connue sous le nom d’ADS pour « Accelerator Driven System ». Une technologie pour laquelle l’Europe dispose d’une importante expérience notamment accumulée au Cern, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire. « Pour nous il était évident qu’il fallait réinventer le nucléaire qui est une énergie extraordinaire mais qui a  besoin d’innovation », expose Franklin Servan-Schreiber, président et cofondateur de Transmutex. La puissance électrique du réacteur développé est aujourd’hui de 100 MW mais elle pourrait « être doublée ou triplée » pour  s’adapter aux besoins.

La solution Start

Le nom du réacteur « Start » signifie Subcritical Transmuting Accelerated Reactor Technology. Start se compose de deux parties majeures : le réacteur sous-critique et le cyclotron, un accélérateur de particules circulaire. La partie réacteur utilise un caloporteur plomb qui peut fonctionner avec un cycle uranium ou thorium. Elle intègre en son coeur une cible de spallation contenant du plomb bismuth. Ce concept est inspiré du projet international Megapie (Megawatt pilot experiment), réalisé en Suisse, qui consistait à concevoir, fabriquer, tester et démanteler la première cible de spallation1en plomb-bismuth liquide au début des années 2000.

Le réacteur est sous-critique, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de réaction en chaîne autoentretenue. Celle-ci s’arrête dès que l’apport de neutrons cesse, ce qui est un élément de sûreté important. Cet apport est assuré par l’accélérateur de particules qui en bombardant de protons la cible de spallation provoque l’émission de neutrons en quantité suffisante. Ce second élément de Start prend la forme d’un cyclotron de 800 MeV inspiré de celui de l’Institut Paul Scherrer en Suisse. Les deux avantages de cette solution mise en avant par Transmutex sont la sûreté intrinsèque qu’apporte la sous-criticité et son efficacité dans la réduction des déchets nucléaires.

Réduction des déchets

Start propose, en plus de la production d’électricité et de chaleur, de réduire les déchets nucléaires de manière efficace. En 2012, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) mentionnait l’efficacité de ce type d’installation pour la transmutation des déchets2.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux adhérents de la SFEN. Pour lire la suite et avoir accès à l’ensemble de nos archives, abonnez-vous à la Revue Générale Nucléaire.

Par Gaïc Le Gros, Sfen

Photo I Légende : Le réacteur Start de Transmutex est composé d’un accélérateur de particules à droite et d’un réacteur sous-critique à gauche.

© Transmutex 2022

  • Innovations
  • réacteur hybride
  • Start-up