10/10 – Bienvenue dans la société du récit - Sfen

10/10 – Bienvenue dans la société du récit

Publié le 29 septembre 2020 - Mis à jour le 28 septembre 2021
  • Opinion publique
  • Sciences Humaines et Sociales (SHS)
edf-_connel_-_shutterstock

Sans que l’on s’en aperçoive de façon évidente et sans toujours en tirer toutes les conséquences pour la communication, nous sommes passés de la société de l’information à la société du récit.  

Le glissement de la société de l’information vers la société du récit a été favorisé par un phénomène qui n’a cessé de prendre de l’ampleur : la paranoïa de l’opinion. Un paranoïaque est quelqu’un qui vit dans la peur d’être instrumentalisé par les autres, et cherchant d’ailleurs souvent lui-même à instrumentaliser les autres. La paranoïa de l’opinion s’est généralisée. Elle est devenue hyper méfiante et hyper résistante, se demandant immédiatement quand on s’adresse à elle : que cherche-t-on à me vendre ? pourquoi me parle-t-on de ça ? Quelles sont les véritables intentions et que me cache-t-on ? Dans un tel contexte, on comprend mieux pourquoi l’information non seulement suscite de moins en moins d’intérêt (moins de 41 % des Français y portent un intérêt « assez faible » ou « très faible » selon le dernier baromètre La Croix sur la confiance dans les médias, son plus bas niveau historique depuis 33 ans) – et fonctionne aussi de moins en moins bien : seuls 40 % des Français jugent crédibles les informations diffusées à la télévision.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux adhérents de la SFEN. Pour lire la suite et avoir accès à l’ensemble de nos archives, abonnez-vous à la Revue Générale Nucléaire.

Par Charles de Beistegui, directeur associé du cabinet de conseil en stratégie de communication No Com – Photo © EDF / Connel / Shutterstock

  • Opinion publique
  • Sciences Humaines et Sociales (SHS)