Emplois liés à la production d’électricité par l’énergie nucléaire et les énergies renouvelables en France - Sfen

Emplois liés à la production d’électricité par l’énergie nucléaire et les énergies renouvelables en France

Publié le 30 novembre 2021
Avis
Emplois
France
Renouvelables
Nucléaire
Mix
Scénarios
2050

À l’occasion du World Nuclear Exhibition à Paris du 30 novembre au 2 décembre, la Sfen
publie une nouvelle étude intitulée :

« Emplois liés à la production d’électricité par l’énergie nucléaire et les
énergies renouvelables en France »

Le rapport RTE sur les « Futurs énergétiques à l’horizon 2050 » a permis de donner des scénarios de référence pour déterminer une trajectoire robuste en matière de sécurité d’approvisionnement et d’optimisation des coûts systèmes, afin d’atteindre la neutralité carbone. En pleine campagne présidentielle de 2022, plusieurs acteurs politiques se sont interrogés sur les conséquences en matière de créations d’emplois selon le développement des différents moyens de production d’électricité bas carbone. Une analyse qui n’entrait pas dans le spectre du travail de RTE.

Certains ont affirmé qu’une très forte proportion de renouvelables permettraient de multiplier significativement le nombre d’emplois par rapport à des scénarios avec une part plus importante de nucléaire. La Sfen réaffirme que la France aura besoin du nucléaire et des renouvelables pour atteindre la neutralité carbone. C’est dans ce contexte qu’a été décidé de mener une étude complémentaire sur les emplois directs aux horizons 2030, avec les données de l’étude PWC-UFE, et 2050, en comparant deux scénarios de RTE : le M23 (87 % renouvelable et 13 % nucléaire) et le N03 (50 % renouvelable et 50 % nucléaire).

Il en ressort plusieurs constations, en particulier :

  • Aujourd’hui, la filière nucléaire représente 70 % de tous les emplois directs, toutes les filières de production d’électricité confondues.
  • En 2030, la filière comptera toujours pour 60 % des emplois, malgré la fermeture de huit réacteurs selon la trajectoire de l’actuelle programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et sans compter le lancement des nouveaux chantiers de réacteurs nucléaires dans le pays.
  • En 2050, les emplois directs dans le secteur électrique seront équivalents que l’on considère le scénario M23 ou le N03. Le léger bénéfice en faveur du scénario M23 repose sur le développement massif de la filière éolien offshore, qui n’est pas encore mature.

Cette étude de la Sfen montre que la création d’emplois n’est pas un critère discriminant pour le choix d’un scénario énergétique pour la France à l’horizon 2050. Les critères comme la sécurité d’approvisionnement, l’atteinte des objectifs de décarbonation et la volonté de réindustrialisation doivent être inclus.

La Sfen pourra aussi vous présenter les détails de ce travail sur son stand au WNE à l’emplacement B140.

L’INFORMATION DE RÉFÉRENCE SUR L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE Découvrir notre revue
L’INFORMATION DE RÉFÉRENCE SUR L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE Découvrir notre revue