03.09.2019

Nuclear Innovation Bootcamp 2019

winningteam.jpg
La rédaction (SFEN)

2019_bootcamp_logo.jpg

Vendredi 30 août 2019, la SFEN Jeune Génération clôturait l’édition 2019 du Nuclear Innovation Bootcamp. L’organisation de cet évènement à destination de la jeune génération résulte d’une collaboration internationale entre la SFEN Jeune Génération, au travers de l’équipe du concours Innovatome), l’Agence pour l’énergie nucléaire (AEN), - une agence spécialisée de l'Organisation de coopération et de développement économique de l’OCDE -, l’université du Wisconsin-Madison aux Etats-Unis et la Nuclear Innovation Alliance, une institution dont la mission est de soutenir l’entreprenariat et l’innovation autour des systèmes nucléaires du futur afin d’apporter une solution, à la fois économiquement compétitive et ne contribuant pas aux émissions de CO2.

Utiliser l’énergie nucléaire pour contrer la fonte drastique des glaciers est le pari proposé par l’équipe gagnante du Nuclear Innovation Bootcamp 2019. L’idée est, pendant les mois d’hiver, de fournir l’électricité nécessaire pour pomper de l’eau, la dessaler si besoin ? et la rejeter sur la calotte glacière. Ce renforcement artificiel de l'épaisseur des banquises de l’Arctique et de l’Antarctique permettrait de limiter la montée des eaux, catastrophique pour bon nombre de villes côtières. Une idée disruptive qui, d’après l’équipe gagnante, est plus économiquement viable et réaliste que les 12 000 éoliennes proposées par un groupe de scientifiques dont l’étude a été publiée dans Science Advances[1] . L’équipe est convaincue qu’il est nécessaire d’agir, dès à présent, pour limiter les symptômes, et ne pas attendre un accord entre pays pour éliminer la cause du changement climatique.

winningteam.jpg

Equipe gagnante et membres du Jury

L’équipe gagnante  : Sree Harsha Bandaru (Doctorant, Université de Portsmouth, Angleterre), Ajit Bastola (Doctorant, Imperial College, Angleterre), Bianca Carpinelli (conseillère énergie, gouvernement, Argentine), Dinara Ermakova (Doctorante, Université de Berkeley, USA), Sara Ferry (Post-doc, MIT, USA), Jake Littlepage (ingénieur sûreté, Dominion Energy, USA), Adnan Wisudhaputra (étudiant, Indonésie), et Viljami Yli-Hemminki (Master, Université de Glasgow, Angleterre).

Esla Lemaître-Xavier, co-organisatrice avec de la SFEN Jeune génération, note : « ce fût à la fois un plaisir et une tâche compliquée pour les cinq membres du jury[2] de sélectionner une équipe gagnante parmi les sept groupes constitués. Mais les membres du jury ont souligné le professionnalisme des participants, la qualité des pitchs, et la diversité des problèmes adressés ».

postit.png

Finalement le Nuclear Innovation Bootcamp 2019 ce sont deux semaines intenses où s’enchaînent des présentations, de haut niveau (contexte énergétique, stratégie de développement des entreprises de la filière, pratiques en dehors de la filière, etc.), techniques (coûts du nucléaires, matériaux du futur, etc.), des sessions de créativité ou des modules de type entreprenariat (business plan, comment se faire financer, comment bien pitcher, etc.). Ce sont aussi 28 participants, sélectionnés sur plus de 150 candidatures, 50 intervenants, 30 mentors et 10 organisateurs.

group.jpg

[1] Stabilisation de l'inlandsis antarctique occidental par dépôt de masse en surface – 17 juillet 2019

[2] Benoit Blassel (Directeur des Opérations, Assystem), Sébastien Diaz (Directeur général, Nuvia Protection), Nathalie Collignon (Directrice de l’Innovation, Orano), Nathan Paterson (Conseiller technique, Foratom) et Rebecca Tadesse (Directrice management des déchets radioactifs et démantèlement, AEN)