09.10.2018

Le nucléaire a permis d’éviter l’équivalent de cinq années d’émissions de CO2 du secteur électrique

Clean Air
Par la rédaction

Au début des années 1960, l’hydroélectricité était la seule source importante de production d’électricité bas-carbone. Le nucléaire a commencé alors à se développer dans beaucoup de pays comme un moyen moderne pour produire une électricité abondante et bon marché, permettant d’éviter des importations de pétrole et de gaz. Même si sa part dans le mix électrique est restée modérée, elle a fortement contribué, aux côtés de l’hydroélectricité, à éviter une très grande quantité d’émissions de gaz à effet de serre, et ceci avant même que ces dernières soient reconnues comme un problème environnemental.

Une étude de l’AIEA [1] a cherché à calculer les tonnes de CO2 évitées par le nucléaire depuis les années 1970 par les différentes technologies bas-carbone. Elle fait l’hypothèse que l’électricité, si elle n’avait pas été produite par l’hydroélectricité, le nucléaire et les autres énergies renouvelables, aurait été produite à partir de centrales à charbon, à pétrole, ou à gaz, dans les proportions qui étaient les leurs pour chaque année étudiée. 

figure_4_lobal_co2_emissions.png

Comme indiqué sur la figure, au cours de la période 1970-2013, l’utilisation de sources d’électricité bas carbone a permis d’éviter au total plus de 163 Gt d’émissions de CO2.
 
L’énergie hydraulique était la première contributrice, avec un peu plus de la moitié des émissions évitées (87 Gt de CO2). Le nucléaire vient en second avec 40 % (66 Gt de CO2) environ des émissions évitées, soit l’équivalent de cinq années d’émissions du secteur électrique. La contribution des autres sources d’énergie renouvelables, (10 Gt de CO2) reste marginale jusqu'à la fin des années 2000.

Autrement dit, si les centrales nucléaires ne fournissent que 10 % environ de l’électricité mondiale, elles sont un levier efficace pour réduire les émissions de gaz à effet de serre : chaque année, les centrales nucléaires évitent que deux gigatonnes de gaz carbonique libèrent dans l’atmosphère, équivalent à 400 millions de voitures. 

1.

IAEA Climate Change and Nuclear Power 2018