03.09.2018

Missions spatiales européennes : produire de l’énergie à partir des déchets nucléaires

cassini_saturn_orbit_insertionv2.jpg
Par Dr Markus Landgraf, Keith Stephenson et David Hess

La technologie actuelle a transformé les fantasmes d’exploration spatiale du passé en réalité tangible. Pourtant, le combustible reste au coeur des préoccupations des chercheurs. Depuis un demi-siècle, le nucléaire fournit énergie et chaleur aux satellites et sondes spatiales. Pleine de promesses, la recherche autour de l’énergie nucléaire pourrait ouvrir de nouvelles frontières à l’exploration spatiale.

En quête d’énergie

Certains endroits du système solaire sont froids et sombres. Les scientifiques souhaitent découvrir ces lieux qui promettent d’être les dépositaires préservés des conditions passées des planètes et des corps célestes mineurs, datant de l’époque où le système solaire s’est formé. Ces endroits pourraient également receler des trésors cachés : échantillons d’activité solaire ancienne, impacts de météoroïdes…

Explorer ces régions nécessite de pouvoir assurer des missions sur de très longues échelles de temps : les astronautes ont besoin d’une source d’énergie (chaleur et électricité) constante et fiable, les moteurs spatiaux doivent fonctionner pendant plusieurs décennies tout au long de leur voyage aux confins de notre système solaire. Pour pérenniser l’exploration spatiale, la science a besoin de nouvelles sources de production d’énergie.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.