01.10.2016

Martin Boissavit, nouveau président de la « Jeune Génération » du nucléaire

Martin Boissavit - SFEN JG - EDF
Par Gaëtan Metzger (SFEN)

Martin Boissavit, le nouveau président de la SFEN Jeune Génération, est un passionné. Depuis deux ans aux côtés de Sophie Missirian, présidente de la « JG » (2013-2016), ils ont travaillé ensemble pour donner un élan à cette nouvelle génération, réunissant l’ensemble des jeunes professionnels du secteur à Atoms for the Future, puis à Innovatome. Les mots d’ordre de la présidence de Martin seront « pérennité » et « développement ».

Ses premiers pas dans la filière nucléaire

C’est pendant ses classes préparatoires et son école d’ingénieur que Martin découvre la physique neutronique et les enjeux de l’énergie. Après Fukushima, il fait ses premiers pas dans le secteur nucléaire, chez EDF, et travaille alors sur les évaluations complémentaires de sûreté, son intérêt pour la recherche et développement se confirme. « J’ai créé de la cohérence entre mes envies et mes expériences professionnelles ».

J’ai créé de la cohérence entre mes envies et mes expériences professionnelles

Après une année à Pékin, et suite à une spécialisation en génie nucléaire à l'INSTN, il rejoint l’équipe Recherche et Développement d’EDF pour s’occuper des accidents graves. Développement des codes de sûreté et modélisation des phénomènes physiques sont le quotidien de cet ingénieur-geek

La Jeune Génération : un cercle ouvert à tous

« La JG, c’est avant tout un lieu de rencontre où les relations professionnelles se construisent dans la simplicité et la bonne humeur. Mettre en relation des jeunes du domaine énergétique et nucléaire permet de créer un réseau fort où les échanges sont facilités » résume Martin. Et de poursuivre : « La force de la JG est d'aborder des sujets transverses. Chacun peut trouver un intérêt dans nos travaux ! ».

Pour sa présidence, Martin propose quatre axes : pérenniser le réseau de jeunes actifs par l'organisation d’évènements nationaux et internationaux, renforcer les relations avec les associations internationales, ancrer la Jeune Génération dans les territoires (Normandie, Tricastin, Aix-Marseille) et développer des échanges entre les membres de la JG et ceux des sections techniques de la SFEN autour de thèmes communs.

« Je veux que ma présidence soit la présidence qui va pérenniser la Jeune Génération sur l’ensemble du territoire français et l’ancrer comme un pilier pour la filière nucléaire française » souligne-t-il.

Des laboratoires aux planches

Après le travail, Martin quitte sa blouse blanche de chercheur pour rejoindre sa troupe de théâtre « Les Passeurs de Légendes », son autre famille – après la JG - depuis 2009. Dans des pièces autour des légendes Arthuriennes, ce passionné y retrouve son appétence pour le contact avec les gens et le public. « Les interactions sont fortes avec le public. Il faut donc être capable d’adaptation et d’écoute ». Aucun doute qu’il saura mettre ses compétences au service de la SFEN Jeune Génération !